13 Block x Fifou – BLO


Divisée en deux, la pochette venue illustrer BLO, le premier album de 13 Block (Ultrap, Violence Urbaine Émeute et Triple S étaient alors considérés comme des mixtapes), confronte et regroupe les deux faces possibles d’un même horizon, les deux faces possibles d’un même parcours. Le béton, l’éclairage de parking et les sols salis d’un côté, le lustre qui illumine les cieux et lui confrère une élégance anoblie de l’autre. C’est l’opposition, classique, entre l’ombre et la lumière.

Éclairer le parking

Signée Fifou, qui colle son nom, depuis une demi-douzaine d’années, à une grande partie des pochettes les plus réussies du rap français (Youssoupha, PNL, Lacrim, Dinos, Sadek…), l’image renvoie à un écart qui concerne une bonne partie des humains – pour chacun, il y a les moments de bonne galère, et les moments de belle réussite -, en même temps qu’elle renvoie à l’histoire, individuelle et collective, du quatuor originaire de Sevran, dont certains ont dû passer du temps dans les parkings à faire office de dealers avant d’entrevoir, par ce rap, devenu trap, qui les porte depuis une dizaine d’années – globalement âgés de vingt-cinq piges, ils ont commencé à rapper à quinze ans -, la lumière qui fait rayonner.

Cette photo de Fifou, on peut la lire également comme l’illustration des deux réalités d’un groupe dont les membres habitant toujours Sevran malgré l’ampleur du succès, et qui s’avère également très lucide sur le caractère éphémère d’une carrière et d’un milieu qui couronne aussi vite qu’il détrône, et qui peut renvoyer, en quelques semaines à peine, ses figures les plus élevées aux sous-sols les plus bas. Il restera alors la mémoire, et les noms de disques taggués sur les murs des espaces invisibles.

Le son

On a fait de Zefor, Stavo, Zed et OldPee, qui forment ensemble le groupe 13 Block, les équivalents franciliens de Migos ou de Future, et les grands représentants français d’une musique, le rap version trap, qui a émergé dans le sud des États-Unis (dans la ville d’Atlanta notamment) avant d’englober le monde tout entier. Porté par une hype qui a largement dépassé leur ville de Sevran – la commune du 93 dont est notamment issue Kaaris, avec qui le groupe avait posé il y a quelques années – et par des producteurs en vogue (Ikaz Boi, Binks Beatz, Pyroman, Junior) le quatuor sort avec BLO un premier album qui succède à quatre mixtapes et qui aurait être plus long encore que la vingtaine de titres qu’il propose, puisque le groupe est du genre à composer énormément – plus d’une soixantaine de morceaux pensés pour ce premier album, dit-on. Un album qui ambitionne « la carrière de Zidane », mais qui garde en tête les dos d’ânes, les nombreux virages, et cette réalité qu’il est bon, toujours, d’avoir à l’esprit : « j’suis que de passage », rappent-ils sur « Zidane », morceau phare du disque.

13 Block (Facebook / Twitter / Instagram / YouTube)

Fifou (Site officiel / Facebook / InstagramTwitter)

13 Block, BLO, 2019, Elektra France / Warner Music, 64 min., artwork par Fifou

Comments

comments