Lacrim x Fifou – Lacrim


Lacrim x Fifou – Lacrim – Part 2

Après avoir shooté la plupart des gros noms de la scène rap française (de Booba à Kaaris, de Youssoupha à Sadek, de Dinos à Rohff…), le Français Fifou, qui vient de lancer son propre studio, tombe dans la photo animalière. Et associe à l’image de lyricistes sauvages (PLK l’an dernier, et Lacrim cette année), la photo d’animaux qui le sont pas moins). Après avoir ramené un ours brun tôt le matin en plein quartier, ce sont deux tigres (un petit et un plus grand…) que Fifou a dû ramener en studio afin d’illustrer le nouvel album éponyme de Lacrim, et symboliser l’évolution d’un rappeur passé de petit animal hargneux à véritable prédateur dévoreur de viandes…

L’an dernier, et la démarche n’était pas très commune, tu faisais poser un ours sur la pochette de Polak de PLK…

Fifou : L’idée originelle du projet Polak, était de travailler avec le code couleur banc et rouge du drapeau polonais. Mais j’ai voulu me documenter un peu plus sur le sujet de la Pologne, car je connaissais très peu l’histoire de ce pays. En creusant un peu, je suis tombé sur un article assez dingue, parlant de Wojtek, le premier ours à avoir servi dans l’armée, et qui fut adopté par la 22e compagnie d’artillerie du Deuxième corps polonais. Je voulais donc absolument faire un clin d’œil à cette mascotte. Mon véritable pari sur cette cover fut de ramener un ours en plein quartier. On a donc shooté très tôt un matin pour ne pas créer une émeute.

https://www.instagram.com/p/BnMbHvDldXC/?utm_source=ig_web_button_share_sheet

Elle est de qui, cette idée de faire figurer PLK aux côtés d’un ours brun ?

Fifou : Tout vient de moi dans la composition de cette cover : le par-terre de feuilles rouge et la mise en scène de l’ours.

Après l’ours, c’est un tigre que l’on retrouve sur les deux pochettes des albums de Lacrim qui arrivent…

Fifou : Aha oui ! Je pense que j’ai bouclé la boucle dans le shoot animal. C’est un peu des défis que je m’étais donné, bien que l’ours fut finalement bien plus facile à gérer que le tigre…

https://www.instagram.com/p/BsyHK3HnT-0/?utm_source=ig_web_options_share_sheet

De manière extrêmement concrète, et d’un point de vue production, comment fait-on venir un ours, puis un tigre à Paris ou en région parisienne, et comment ça se passe, au moment du shooting ?

Fifou : Dans les deux cas, on rentre en contact directement avec des dresseurs professionnels. Il faut aussi bien enquêter en amont sur les dresseurs, car on trouve de tout, et parfois on risque de tomber sur des animaux drogués et mal traités. Donc cela demande du temps, de l’entrainement, et forcement pas mal de budget. Ensuite, je fais un rough de ce que je veux faire, et je le fais valider par le dresseur.

Le gros tigre, je pense que c’est le shoot le plus compliqué que j’ai fait en terme d’organisation

Fifou

Quels problèmes rencontre-t-on, quand on bosse sur un shooting où se trouve un tigre ?

Fifou : Le vrai soucis avec les animaux, c’est que c’est toujours aléatoire. Surtout les tigres, ce sont des chats géants qui n’en font qu’à leur tête. Il faut être ultra concentré et choper le bon moment, car c’est très rapide et ils restent concentrés trente minutes max. Le gros tigre, je pense que c’est le shoot le plus compliqué que j’ai fait en terme d’organisation : on a construit un décor a l’intérieur d’une cage, avec des drapés… Le dresseur ne voulait pas le faire, car le drap excite le tigre, surtout si il commence a s’amuser avec…

Puis un tigre adulte doit venir un jour avant dans le décor, car il doit s’acclimater, et répéter la scène plusieurs fois. Jamais je n’aurai pensé qu’allonger un tigre sur un vrai lit aurait pu être aussi complexe. En général, ce genre de montage se fait sur fond vert, mais moi je ne voulais pas de retouches (ou très peu) en post prod. Bref, le shooting a duré trente minutes, et on a eut de la chance d’avoir l’image.

Mon rêve : ramener un gorille « dos argenté » sur un trône

Fifou

Quel sens, ainsi, donner à cette double pochette avec ce tigre, et notamment, au fait que ce tigre est en train de dévorer de la viande ?

Fifou : De base, nous voulions travailler sur deux tableaux. L’idée de raconter l’évolution de Lacrim sur deux pochettes, passant par la case prison au luxe, est une idée de Oumardinho (Oumar Samaké, manager d’artistes, directeur artistique pour Universal, chasseur de têtes du rap français, NDLR), son manager. Pour le tigre en train de dévorer la viande, pour le coup ce fut improvisé. Il venait de finir le shoot, et le dresseur lui a donné a manger, dans le plat que je voulais en argent. Quand on a vu cette gueule énervée ce fut alors une évidence de la mettre en cover.

Quel est le prochain animal sauvage avec lequel tu aimerais travailler, pour la beauté du geste ?

Fifou : Mon rêve : ramener un dos argenté (ndla : Gorille de l’Ouest africain) sur un trône.

Le son

6ix9ine, Soolking, French Montana, Snoop Dogg, Rick Ross, Oxmo Puccino, Cheb Mami… la liste des featurings annoncés pour le prochain album de Lacrim sont aussi divers que prestigieux, et laissent présager un album où l’autotune permettra, une fois encore et comme l’atteste l’extrait « Solo », de faire briller le rappeur qui, depuis son incarcération pour possession d’armes il y a un peu de deux ans, paraît avoir énormément à dire…

Lacrim (Site officiel / Facebook / Instagram / Twitter / YouTube)

Fifou (Site officiel / Instagram / Facebook / Twitter)

Lacrim, Lacrim, 2019, Plata o Plomo, artwork par Fifou

Comments

comments