Of Montreal x David Barnes – Innocence Reaches


Of Montreal x David Barnes - Innocence Reaches

Ils doivent être folko, les repas de famille chez les Barnes. Parce que depuis 20 ans, les deux garçons de la famille, David et Kevin, passent une bonne partie de leur existence à façonner les contours décadents d’Of Montreal, ce projet de pop psychédélique dont l’un (Kevin) compose le son et les lyrics, et dont l’autre (David) gère la grande majorité de la direction artistique, de la scénographie live à la réalisation des clips, de la conception des costumes utilisés sur scène au dessin des visuels de ces albums toujours illustrés via la bizarrerie revendiquée de cet artiste fasciné par les monstres pas trop méchants, les couleurs vivaces, les codes traditionnels retournés, les réalités alternatives. Ces dessins-là, réalisés de manière obsessionnelle depuis plus de 30 ans (il faut jeter un œil à son loufoque What’s Weird ?) ils rappellent ainsi les démarches d’un Daniel Johnston, d’un Chad VanGaalen, ou plus récemment d’un Weird Black, ces musiciens également manieur de crayons qui jonchent également leurs univers de personnages et de formes directement issus de leurs imaginations un peu malades, et très créatives.

La folie en famille

Alors, il y eut le petit village loufoque de The Gay Parade, la cérémonie mi sataniste et mi « tout va bien Dieu est grand » de Satanic Panic in the Attic, le câlin avec des pièces en moins d’Arboretum, ou les jumeaux pyromanes de The Sunlandic Twins. Il y a désormais, aussi, via le visuel du 14e album du groupe Innocence Reaches, une dissection toute en couleur de la partie la plus intime de l’anatomie féminine, ouverte ici et exposée au regard de tous, comme dans un cours de sciences naturelles dans lequel tous les élèves auraient bien pris soin de se retrouver au préalable sous l’influence vertigineuse du LSD. Autour de ce sexe féminin, quatre personnages à l’apparence forcément détraquée, en véritable état d’émerveillement devant les dessous de L’Origine du Monde. L’innocence, oui, on peut voir ça ainsi.

Passion vagin

Après La Femme, qui avait laissé le dessinateur Tanino Liberatore glisser les contours d’un vagin au sein de la chevelure rousse de cette étrange créature bleue venue illustrer la pochette de leur second album Mystère, de nouveau ici, les dessous féminins portés à nu (c’est le cas de le dire). Le signe d’un retour, primitif et vital, à une certaine vision de l’essentiel ?

La Femme x Tanino Liberatore - Mystère

Le son

La nouvelle bizarrerie pop d’Of Montreal, 14e du nom, respecte les préceptes de toujours (c’est-à-dire, la pop qui déborde et qui jouit partout, dans tous les sens) et livre un album toujours au service de cette bipolarité essentielle chez Kevin Barnes, qui consiste à opposer les idées de profonde dépression et de bonheur incontrôlé au sein du même écrin. La grosse teuf, en chialant.

Of Montreal (Site officiel / Facebook / Twitter / Instagram)

Of Montreal, Innocent Reaches, 2016, Polyvinyl Records, 56 min., pochette par David Barnes

Vous aimerez aussi

Da Silva x Elzo Durt – L’Aventure La poitrine généreuse et dénudée, la peau blanche et les lèvres pleines, une femme recouvre sa silhouette d’un voile léger, comme pour demeurer encore dans le mystère que les ombres, dans les enviro...
Top 20 des pochettes les plus marquantes de l’année 2016 Après vous avoir demandé d’élire, la semaine passée, vos propres pochettes de l’année, (c'est celle de La Femme, par Tanino Liberatore, qui est arrivée en tête), c’est à notre tour de vous dévoiler (e...
Frustration x Baldo – Empires Of Shame Il faudra un jour s’intéresser, en profondeur et avec la minutie nécessaire à pareille entreprise, au catalogue iconographique de Born Bad Records, et aux artworks de ses disques qui racontent pour ...
La Femme x Tanino Liberatore – Mystère Il y a trois ans, lorsque sortait Psycho Tropical Berlin, ce disque qui devait rapidement s’imposer comme l’un des plus influents de ces dernières années (en terme de pop véhiculée en Français, c’es...

Comments

comments