La Femme x Tanino Liberatore – Mystère


La Femme x Tanino Liberatore - Mystère

Il y a trois ans, lorsque sortait Psycho Tropical Berlin, ce disque qui devait rapidement s’imposer comme l’un des plus influents de ces dernières années (en terme de pop véhiculée en Français, c’est assurément le cas), on découvrait le superbe visuel du premier album de La Femme, réalisé alors par l’émérite artiste belge Elzo Durt, responsable de la plupart des pochettes du label Born Bad et donc notamment de celle-ci, puisque, le groupe de garçons et de filles était alors signé (bien que distribué par Barclay) chez le label de Frustration, de Forever Pavot, de Cheveu, de Catholic Spray.

La Femme x Elzo Durt - Psycho Tropical Berlin

La Femme x Elzo Durt – Psycho Tropical Berlin

Afin de faire écho au véritable leitmotiv textuel du groupe (« La Femme vous donne du plaisir », répété sur disque et en live) et à ces lyrics souvent allumeurs (« La Femme »), évocateurs de romances coquines (« Nous Étions Deux »), ou aventurées sur le terrain complexe des questionnements genrés (« Si un Jour »), il était alors nécessaire de sexuer le propos, aussi, sur la pochette du disque, en présentant cette femme sans pupille et géante (une simple question de perspective peut-être), la poitrine généreuse et apparente, si peu chaudement vêtue, également, parce que le contexte le favorisait (autour d’elle, la végétation et les papillons évoquent quelque chose de chaud, voire de tropical, comme l’indique le titre). La Femme vous donne du plaisir. Et vous montre donc ses seins.

La Femme - La Femme 2012

Des seins au vagin

Ici, avec la pochette de ce second album, réalisée par l’illustrateur et bédéiste italien Tanino Liberatore (l’auteur de L’Écho des Savanes et de la pochette de The Man From Utopia de Frank Zappa, qui s’y connaît aussi en terme de nibards et d’orifices féminins), on passe de l’exposition des seins à l’exposition du vagin. Mais de manière moins explicite, tout de même. Parce qu’en 2016, les médiums de communication digitale obligent parfois des restrictions morales étonnantes (et on se souvient à ce sujet de la pochette du tout premier EP du groupe, qui détournait L’Origine du Monde de Courbet afin de railler les paradoxes de ces réseaux sociaux qui censurent et qui autorisent d’une manière tellement aléatoire). Car s’il était compliqué de ne pas capter cette poitrine proéminente qu’Elzo Durt avait choisi d’afficher sur la pochette du premier album, il est toutefois moins évident de capter (si l’on jette un regard trop rapide) que c’est bien un vagin qui est figuré au centre de la chevelure de cette rouquine à la couleur de peau bleutée, et qu’il nous est permis de voir uniquement de dos. Le verso, par contre, propose la vision totale de ce joli et étrange visage, en pointant son curseur sur le regard pénétrant de cette créature aux cheveux ici quasiment rouges.

La Femme x Tanino Liberatore – Mystère (back)

La Femme x Tanino Liberatore – Mystère (back)

Est-ce ainsi ce Mystère-là, que mentionne le titre de ce second album ? Le mystère, toujours vivace en 2016 et que Courbet interrogeait déjà en 1866, de l’Origine du Monde ? Sur leur site internet, c’est en tout cas aussi le vagin originel qui est placé au coeur de tout, et autour duquel le groupe semble vouloir axer tout son propos. Et sur l’hypnotisme féminin que jouent les pochettes des deux premiers single du groupe (Sphynx & Où va le Monde). Reste avoir quelle partie de son anatomie La Femme décidera de dévoiler, ou non, au moment où il sera question de la cover du troisième album.

Le son

Enregistré sous le soleil de Los Angeles, le second album de La Femme s’avère plus coloré que son prédécesseur Psycho Tropical Berlin, et ce malgré la précédente de ce tube synthétique, hypnotique et percutant (« Sphynx ») qui nous avait persuadé au moment de son dévoilement que ce disque-là resterait attaché à l’idée de surréalisme pop, de sensualité obscure, de plaisirs charnels que l’on reçoit par le biais des oreilles. Cold-wave, surf-pop et punk en jean taille haute : l’album incontournable, en terme de pop délurée et chantée en Français, de cette rentrée 2016.

La Femme (Site officiel / Facebook / Instagram / Twitter / Youtube)

La Femme, Mystère, 2016, Barclay / Born Bad RecordsDisque Pointu, pochette par Tanino Liberatore

Vous aimerez aussi

Usé x Leïla Charene – Selflic Nicolas Belvalette n’avait, jusqu’à ce que cela arrive, jamais « dansé de slow avec un flic ». Et la danse, « pathétique », qu’il évoque dans ce morceau figurant sur son deuxième album présenté sous...
Cockpit x Silio Durt – Cockpit II On connaissait Elzo Durt, pape d’une illustration bruxelloise underground et hérétique, qui, via du « collage par ordinateur » ultra-coloré et ultra-subversif, inventait l’imagerie d’une croyance no...
JC Satàn x Reginald Pean – Centaur Desire Ce centaure-là, qui orne l’album du nouveau JC Satàn, donne l’impression d’être ivre, de lui-même ou peut-être bien des autres. Pareil à ces êtres que sculptaient jadis les artistes de la Rome ant...
Néoprisme expose Teenage Menopause Rds au Point Éphémère Après avoir exposé le label Entreprise (Moodoïd, Grand Blanc, Blind Digital Citizen…) en 2016, puis Nowadays Records (Fakear, La Fine Équipe, Le Vasco…) en 2017, les deux fois au sein de la très e...
Benjamin Clementine x Craig McDean x Akatre – I Tell a Fly Photographe modeux pour chanteur classieux : pour illustrer I Tell a Fly, son deuxième album arrivé deux ans après le premier (At Least For Now, 2015), Benjamin Clementine s'associe au photographe...
Da Silva x Elzo Durt – L’Aventure La poitrine généreuse et dénudée, la peau blanche et les lèvres pleines, une femme recouvre sa silhouette d’un voile léger, comme pour demeurer encore dans le mystère que les ombres, dans les enviro...

Comments

comments