Blood Orange x Deana Lawson – Freetown Sound


Blood Orange x Deana Lawson - Freetown Sound

Sur le second album des Last Shadow Puppets, via ce visuel designé par Matthew Cooper d’après une photographie originale de Jack Robinson, c’est Tina Turner que l’on avait choisi de célébrer, en réutilisant ce poster qu’Alex Turner (moitié du duo) avait punaisé dans sa chambre durant ses jeunes années. Sur le troisième album de Blood Orange, lui aussi sorti sur le label Domino (curieux hasard), c’est Michael Jackson, autre icône 80 plus grande encore, qui se trouve à son tour célébrée, et ce même si Dev Hyne le fait de manière largement plus discrète que ne le faisait avant lui Alex Turner (ici, MJ apparaît en poster sur le mur). Illustrer la pochette de son propre disque en faisant appel à la figure des autres : pas si fréquent.

The Last Shadow Puppets x Matthew Cooper - Everything You've Come To Expect

Passion MJ

Et alors, pourquoi cette référence à MJ ? Parce que Dev, Domino nous l’a affirmé et sa musique s’en ressent largement, en est un fan immense. Tout simplement. De là à s’être mis en scène, plus jeune, sur la pochette de ce troisième disque, la petite amie dans les bras, la clope au bout des doigts et le King of Pop, attentif et emmuré, dans le dos ? Pas exactement non, puisque ce n’est pas Dev Hyne qui est représenté sur cette photo. Et pas plus sa petite amie, d’hier ou d’aujourd’hui (qui est en l’occurrence Samantha Urbani du groupe Friends). Cette photo-là, elle est en fait issue du travail de la photographe new-yorkaise Deana Lawson, et de sa série qui met en scène, justement, une série de couples (ou d’individus seuls parfois), tous de couleur noire, en pleine expression de l’acte amoureux.

Window on the World

Cette pochette, si elle n’invite pas ainsi Blood Orange lui-même sur son fronton, est en tout cas sans doute là pour faire échos au titre de ce troisième album, Freetown Sound (comme le nom de la capitale de Sierre Leone), et pour exprimer via l’image quelque chose de similaire à ce qui est exprimé via le son (l’enfance de Dev, son éducation, ce qu’implique le fait d’être noir dans ces pays où c’est la couleur blanche qui domine, la question du genre ou du féminisme…) C’est-à-dire une certaine vision progressiste de la liberté, incarnée ici par ce couple, enlacé dans une chambre qui paraît trop proprette pour être le havre concubin des deux tourtereaux figurés ici (on est sûrement dans le domicile familial de l’un des deux). Et cet amour-là, qui se dessine sous nos yeux (le garçon, yeux clos, se réconfortent dans les bras de la fille, regard fort et jupe courte, qui fixe l’objectif), n’est peut-être d’ailleurs pas forcément autorisé par l’entourage (familial ?), puisque les rideaux dont on devine le mouvement en arrière-plan impliquent forcément que derrière eux, la fenêtre est ouverte. Et une fenêtre ouverte donnant sur une chambre dans laquelle s’enlacent deux jeunes adultes, a priori, ça évoque dans l’imaginaire collectif la romance non-autorisée mais vécue quand même. Faire le mur pour faire l’amour. Et être libre, en somme.

Le son

Engagé, le troisième album de Blood Orange raille le sexisme ordinaire, dénonce l’homogénéisation des pensées, témoigne des difficultés des Noirs à exister parfois dans les pays des Blancs. Il raconte son histoire à lui, aussi, et le fait via un album qui groove méchamment, et qui navigue entre les rivages que visitait déjà hier cette icône qu’il a choisi d’afficher sur sa pochette, le grand Michael Jackson (l’influence de Prince est également bien marquée), de la pop au funk, du R&B au gospel. Fantôme d’hier, et corps bien vivants d’aujourd’hui : Blood Orange invite sur Freetown Sound un paquet de featurings, de De La Soul à Carly Rae Jepsen, de FKA Twigs à Empress Of . Et Julian Casablancas aussi, le chanteur des Strokes. Du beau monde pour de bien belles ambitions.

Blood Orange (Site officiel / Facebook / Twitter / Instagram / Youtube / Tumblr)

Blood Orange, Freetown Sound, 2016, Domino Records / Terrible Records, 58 min., pochette par Deana Lawson

Vous aimerez aussi

Time’s Up : les Buzzcocks période Devoto exposés à la French Paper Gallery À la French Paper Gallery (Paris IIIe), spécialisée dans l’exposition de sérigraphie liées à la musique, au cinéma et à la pop culture, on rend actuellement hommage aux Buzzcocks, le groupe mancun...
Frànçois & the Atlas Mountains x Tatiana Defraine – Solide Mirage Illusion d'optique due à la réfraction des rayons lumineux dans l’atmosphère, l’idée de mirage est liée à celle d’incertitude, de projection mentale, de fantasmes que l’on formule si fort qu’ils ten...
Austra x Renata Raksha x Nick Steinhardt – Future Politics Tel Zorro aux côtés de son fidèle Tornado (et qui aurait enfilé, plutôt que son habituel habit noir, les couleurs d’un Chaperon Rouge devenu adulte), une femme toute de rouge vêtue cache son visage,...
Danny Brown x Timothy Saccenti – Atrocity Exhibition Danny Brown, sur la pochette d’Atrocity Exhibition (et plus encore, sur le verso de l'album, dévoilé avant le recto), est en mode Double-Face. Comme Harvey Dent, l’ancien procureur de Gotham devenu,...
Soft Hair x Théo Mercier x Erwan Fichou x Matthew Cooper – Soft Hair Adam et Adam. Ou en l'occurence, plutôt, Eve et Eve (parce que les looks de ces deux garçons sont quand même très féminisés). Dans tous les cas, une référence accentuée au Jardin d'Eden de l'Ancien ...
The Kills x Brian Roettinger – Ash and Ice Ash and Ice. La cendre et la glace. Alison et Jamie. VV et Hotel. L’Américaine volcanique et l’Anglais plus clinique (surtout depuis cette blessure à la main qui a occasionné quelques opérations chi...

Comments

comments