Animal Collective x Brian DeGraw – Painting With


Animal Collective x Brian DeGraw – Painting With

Chez Domino, graphiquement parlant, on aime décidément faire les choses différemment. Après avoir sorti l’an passé le vinyle d’Hot Chip, qu’un algorithme malin avait permis de presser en 100 000 exemplaires distincts et uniques, le label londonien se démarque en effet cette fois avec la sortie du 12e album d’Animal Collective, dont les versions CD et LP seront disponibles à la vente avec trois pochettes différentes, chacune illustrée par un portrait de l’un des membres du collectif – Avey Tare, Geologist ou Panda Bear (mais pas Deakin, qui n’a pas participé à ce Painting With et qui n’avait pas participé non plus à Merriweather).

Trois cerveaux, trois pochettes

Deux exemples, révélateurs, qui traduisent la volonté du label de respecter au mieux les envies et les suggestions de ses groupes, et surtout, une volonté de tout mettre en œuvre pour parvenir à les réaliser, ces volontés (ce qui, dans les cas présents, n’est clairement pas le plus évident…) Matthieu Bourrit, responsable marketing de la filière française de Domino, à Paris :

«  Pour Hot Chip, Alexis Taylor nous racontait qu’il avait suggéré l’idée de la pochette au chef de projet chez Domino et s’attendait à recevoir une réponse négative, car la démarche lui semblait tout simplement impossible à réaliser. Il ne s’attendait à ce que celui-ci trouve finalement un moyen de fabriquer une quasi infinité de pochettes différentes ! Pour Animal Collective, je pense que l’idée vient également du groupe. Il a juste fallu, comme pour Hot Chip, que Domino trouve un moyen de réaliser, de fabriquer, d’organiser la logistique de façon à ce que les différentes pochettes soient dispo en magasin et que tu ne te retrouve pas avec un magasin qui a 15 exemplaires de la même pochette. »

Afin de se charger de l’élaboration de ce triptyque visuel inédit, les trois membres d’Animal Collective ont fait appel au polyvalent Brian DeGraw, plasticien, graphiste, vidéaste et confrère de la scène électro pop expérimentale new yorkaise, puisqu’il est à l’origine du projet « néo-tribal » Gang Gang Dance, auteur de cinq albums entre 2004 et 2011 et friand, au moins autant qu’Animal Collective, de ces collages électro, pop, noisy et bruitistes qui donnent parfois (toujours ?) à leurs albums des allures de véritables toiles sonores surréalistes.

Collages surréalistes

Surréalistes, comme ces portraits en buste du trio, dont les visages, manifestement conçus au pinceau depuis une série de photos, se voient parcourus par des formes dissymétriques colorées, qui mènent de manière compliquées d’un point A à un point B (un escalier, notamment, descend du visage d’Avey Tare), comme si celles-ci devaient représenter les cheminements sinoques et sinueux qui permettent de faire le lien entre les cerveaux des trois compositeurs et les pistes accouchées sur chacun des albums dérangés d’Animal Collective.

À noter : avec Painting With, c’est la première fois que les membres du groupe apparaissent de manière frontale sur l’une de leurs pochettes, et ce même si c’est peut-être aussi Avey Tare et Panda Bear qui étaient représentés, de manière détournée, par ces petites fées torses-nus figurées sur le tout premier album du groupe (qui n’avait pas encore la forme que l’on connaît aujourd’hui). Jusqu’alors, on avait plutôt usé d’une iconographie où le bizarre se mêlait avec le grotesque et le « sur-normal » avec le psychédélisme rare, du dessin d’enfants dérangeants de Feels aux fraises défoncées de Strawberry Jam, des formes remuantes de Merriweather Post Pavilion à la bouche trop grande ouverte de Centipede HZ.

Le son

Énergie punk, essayages dada, collages pop et songwriting folk : Panda Bear, Avey Tare et Geologist continuent de peindre, avec ce 12e album, la pop comme on devra la concevoir dans le futur, lorsque l’humanité sera parvenue à digérer et à regrouper au sein d’une seule et même production les savoirs les plus probants de sa courte et importante histoire (dans une passionnante interview donnée aux Inrocks, le groupe dit même avoir, ici, « pensé aux dinosaures et aux temps primordiaux »…) L’apothéose, encore, de la pop cérébrale.

Animal Collective (Site officiel / Facebook / Twitter / Instagram / Soundcloud)

Brian DeGraw (Instagram)

Animal Collective, Painting With, 2016, Domino Record, 41 min., pochette par Brian DeGraw

Vous aimerez aussi

Flavien Berger x Juliette Gelli x Maya de Mondragon – Contre-temps Il est des pochettes d’albums qui semblent vouloir hypnotiser leur auditoire. La spirale épileptique du Turn Blue des Black Keys, ou le trompe-l’œil d’Animal Collective avec Merriweather Post Pavili...
Time’s Up : les Buzzcocks période Devoto exposés à la French Paper Gallery À la French Paper Gallery (Paris IIIe), spécialisée dans l’exposition de sérigraphie liées à la musique, au cinéma et à la pop culture, on rend actuellement hommage aux Buzzcocks, le groupe mancun...
Frànçois & the Atlas Mountains x Tatiana Defraine – Solide Mirage Illusion d'optique due à la réfraction des rayons lumineux dans l’atmosphère, l’idée de mirage est liée à celle d’incertitude, de projection mentale, de fantasmes que l’on formule si fort qu’ils ten...
Austra x Renata Raksha x Nick Steinhardt – Future Politics Tel Zorro aux côtés de son fidèle Tornado (et qui aurait enfilé, plutôt que son habituel habit noir, les couleurs d’un Chaperon Rouge devenu adulte), une femme toute de rouge vêtue cache son visage,...
Soft Hair x Théo Mercier x Erwan Fichou x Matthew Cooper – Soft Hair Adam et Adam. Ou en l'occurence, plutôt, Eve et Eve (parce que les looks de ces deux garçons sont quand même très féminisés). Dans tous les cas, une référence accentuée au Jardin d'Eden de l'Ancien ...
Blood Orange x Deana Lawson – Freetown Sound Sur le second album des Last Shadow Puppets, via ce visuel designé par Matthew Cooper d’après une photographie originale de Jack Robinson, c’est Tina Turner que l’on avait choisi de célébrer, en réu...

Comments

comments