Alexis & the Brainbow x Todd Borka – A Young Gun


Alexis and the Brainbow x Todd Borka - A Young Gun

Le premier EP d’Alexis & the Brainbow a mis du temps à sortir. On croyait en fait déjà l’annoncer en marge de la diffusion en octobre 2013 du clip malin de « A Young Gun », le morceau éponyme du disque, paru au moment où le quatuor lyonnais commençait à répandre sur la toile le timbre de son électro pop enfumée, euphorique et résolument addictive. Mais peu importe l’écart temporel qui sépare ce clip de la sortie de cet EP (qui sera effective en physique le 1er juin prochain). La pochette réalisée par l’illustrateur lyonnais Todd Borka (dont le book officiel ne présente aucune arme, mais nombre d’humains identiques quoique sans doute dissociables) fait directement référence au flingue dont se sert le gamin futé du clip de « A Young Gun » pour dégommer les peluches exposées comme Bertrand Lavier expose son « Teddy » dans son musée archéologique du futur. Sauf que dans le clip, les balles explosent véritablement lesdites peluches, et par un mécanisme de télépathie étrange, explosent aussi les adultes archétypalement mauvais qui l’entourent dans le monde réel (une réalité qui s’entremêle donc ici de manière surprenante avec le monde fantasmagorique).

Bertrand Lavier x Teddy

Le flingue tireur de bulles parfumées. Autant associable au pop art graphique qu’au surréalisme gentil, la figure aurait pu faire partie de la riche panoplie d’objets construits par le designer Alastair Casey afin d’illustrer chacun des morceaux du second album de Breton War Room Stories. Cette arme au menthol, elle est comme une référence directe, aussi, à la musique léguée par Alexis Delekta et par ses Brainbow (Gilles Davenport, Timothée Nicolas, Lucien Chatin), dont le leader affirmait, au sein d’une bio antécédente inspirée, que la rencontre entre les deux attributs serait tout simplement à l’origine du Big Bang…

Le flingue, ce sont ces mélodies d’abord post-punk (« Haircut »), psychés (« All the Way ») ou cold-wave (« Flow »), qui menacent, effraient un peu, et prennent leur temps avant de muter en refrain pop qui ne feront au final de mal à pas grand monde. Car lorsqu’ils explosent, et cela est symbolisé par le deuxième élément visuel central de la cover, les refrains du premier EP du quatuor lyonnais s’avèrent aussi sucrés, volatiles et accrocheurs qu’une boule de chewing-gum à la fraise qui n’aurait pas encore eu le temps d’éclater.

Celui qui aura été attentif depuis le début, lui, n’aura pour sa part même pas eu le temps de prendre peur : car lorsque l’on regarde près, on se rend en effet compte que l’arme n’est en réalité pas encore chargée…

Le son

Sur ce premier EP plein de petits tubes tordus et azimuts (« A Young Gun », « Haircut », « All The Way ») l’électro-pop d’Alexis & the Brainbow zieute sur le monde normal (les ombres et les élans plus psyché), mais prend finalement la décision de ne pas grandir tout à fait (les refrains barbes-à-papa sans trop de sucre) : on parlera de pop Peter Pan, puisque celle-ci permet toujours de demeurer l’esprit écarté entre les rêveries de gosses immatures et de la réalité bien trop adulte.

Alexis and the Brainbow (Site officiel / Facebook / Twitter SoundCloud)

Todd Borka (Site officiel / BlogSpot)

Retrouvez l’interview fleuve et noctambule de Alexis and the Brainbow chez nos partenaires de La Nuit Nous Attendra.

Alexis and the Brainbow, A Young Gun, 2015, 19 min., pochette par Todd Borka

Comments

comments