Young Fathers x Julia Noni x Tom Hingston – Cocoa Sugar


Il y a, et la référence est précieuse, du Francis Bacon dans cet artwork de Julia Noni et Tom Hingston, là pour illustrer le nouvel album du trio d’Edimbourg Young Fathers, Cocoa Sugar. Comme chez le peintre irlandais (1909-1992) dont « l’odeur du sang humain ne quittait jamais les yeux », il y a sur ce visuel cette même obsession pour les visages et les figures déstructurés et libérés de leurs contours excessivement parfaits, manifestations d’un « moi » interne infiniment plus complexe et perturbé que ce qu’il est d’usage de considérer. À Bandcamp, qui a soutenu le projet dès ses premiers murmures, Kayus Bankole, tiers du trio, déclarait, évasif, comme toujours :

Folie bizarre

« Bien sûr, il y a un élément de folie dans cet artwork : le fait que les yeux ne soient pas parfaitement alignés, le bordel de la bouche…Cela vous donne un faux sentiment de sécurité. Vous pensez que vous l’avez, mais ensuite vous remarquez quelque chose de nouveau. »

L’insécurité, le visage déformé, et ce visage noir, quasiment semblable, puisque singé, à une « blackface » (vaudeville américain dans lequel le comédien incarnait, au XIXe siècle, une caricature stéréotypée de personne noire) intrigue forcément, et ne peut être considéré, au sein d’un groupe aussi politique que celui-ci (rappelons-le le nom de leur deuxième album, White Men Are Black Men Too …), comme une manière de pointer les questionnements identitaires (que l’on peut souvent lier à l’idée de « racisme »…) particulièrement à la mode dans le monde du Brexit (les Young Fathers sont Écossais), de Trump, et du retour des nationalismes en Europe. « A man is just a man, I understand », disent-ils également sur « In my View »…

Le son

Entre rap, R&B, électro expérimentale, pop, gospel moderne, musique dub, rock indé, les trois membres de Young Fathers ont su, en trois albums et dix ans d’existence, incarner ce que le XXIe siècle, tendance musique indé, propose de mieux : l’idée d’un métissage de tous les instants, qui ne se préoccupe de rien d’autre que de proposer le son qui est le sien. On mentionnera ici tout particulièrement les excellents « In my View », « Wire » ou « Toy », qui contribuent à livrer, déjà et le Printemps à peine intervenu, l’un des meilleurs disques de 2018.

Young Fathers (Site officiel / Facebook / Instagram / Twitter / Youtube)

Young Fathers, Cocoa Sugar, 2018, Ninja Tune, artwork par Julia Noni & Tom Hingston

Vous aimerez aussi

Romare – Love Songs : Part Two Ce qui est énervant avec les gens brillants, c’est qu’ils ont tendance à ne pas exceller que dans un seul domaine, non, mais dans une multitude. Il semblerait que cette règle s’applique également au...
SAGE x Ismaël Moumin – SAGE Au début des années 50, alors que l’immense pays-continent indien vient tout juste d’obtenir son indépendance vis-à-vis de l’omnipotente Grande-Bretagne (qui trainait dans le coin depuis quasiment d...

Comments

comments