Top 20 des pochettes les plus marquantes de l’année 2015


Après vous avoir demandé d’élire, la semaine passée, vos propres pochettes de l’année, c’est à notre tour de vous dévoiler (en ordre décroissant et de manière progressive…) notre top 20 des pochettes d’albums les plus marquantes de l’année 2015. Fin du suspense insoutenable et classement définitif le 30 décembre.

20. Mutiny On The Bounty x Kim Keever – Digital Tropics (Deaf Rock Records)

Pour illustrer ses Digital Tropics, les Luxembourgeois de Mutiny On The Bounty ont utilisé le travail du plasticien Kim Keever. Détaché de l’idée de concept, ce dernier plonge de la peinture dans de l’eau (d’aquarium), et capte, grâce à l’objectif d’un appareil photographique, l’instant de la diffusion pour créer son sujet. La création éphémère se trouve alors pérennisée, et sujette aux interprétations les plus contraires. Lorsque l’art se crée via le hasard. – Lire l’article complet

Munity On The Bounty x Kim Keever – Digital Tropics

19. Oiseaux-Tempête x Yusuf Sevincli – ÜTOPIYA? (Sub Rosa)

La liaison entre le nom du groupe et le visuel choisi pour la pochette de son album paraît aller de soi. Et plus encore si on l’associe au titre de ce 2nd album – ÜTOPIYA? –, puisque l’on serait tenté de dire que l’album pose la question (d’une forme d’utopie possible), et que la pochette lui répond instantanément (par la négative, puisque le bateau paraît quand même être dans un sale état…) La photographie originale est signée de Yusuf Sevinçli, artiste turc dont le groupe a découvert le travail à l’occasion d’une date donnée à Toulouse, un concert dérangé par une violente tempête qui se déroulait alors…Coïncidence ? – Lire l’article complet

Oiseaux-Tempête x Yusuf Sevinçli – Ütopiya ?

18. C Duncan – Architect (Fat Cat Records)

Passionné d’architecture et artiste polyvalent, le jeune compositeur C Duncan peint, via des photos capturées sur Google Map, des panoramas architecturaux représentant directement sa ville de Glasgow afin d’illustrer son environnement sonore (des EP avaient précédé ce LP). Pas un hasard, ainsi, si son premier album se nomme Architect… – Lire l’article complet

C Duncan – Architect

17. Benjamin Clementine x Akatre – At Least For Now (Barclay)

Les épaules basses, le regard mélancolique, comme arrêté sur ce qui s’apparente à une porte imagée, rouge pétante, Benjamin Clementine habite la solitude qui s’échappe de ses chansons. Du bout de son long manteau qu’il enfile torse nu sur scène, il tient une pomme, comme l’objet-symbole de l’ouverture vers l’onirisme ; la marque du surréalisme du Fils de l’Homme de Magritte. S’inspirant de la silhouette longiligne et du visage sculptural d’éphèbe de Benjamin Clementine,  le studio Akatre mêle un jeu d’ombre et de lumière d’une efficacité radicale à une brutalité de couleurs. – Lire l’article complet

evenementcover-atleastfornowtypo-bc-72dpi16. Blind Digital Citizen x Jean Turner – Premières Vies (Entreprise)

C’est un univers alternatif, fictif et isolé, issu de l’imaginaire riche et complexe de Blind Digital Citizen, qui se dresse et s’étend sur la pochette de Premières Vies. Sur ce tableau panoramique et minutieux, qui rappellera aux plus renseignés les compositions de certains Bruegel ou d’Hokusai, des espèces reptiliennes – sortes de dinosaures pas encore répertoriés par les paléontologues, que le groupe appelle « manimaux »… – pullulent par dizaines, circulent à travers des paysages faussement familiers, gravitent vers une forme obsessionnelle et inédite sous les yeux contemplateurs de deux personnages titanesques. Synthèse visuelle d’un univers sonore richissime. – Lire l’article complet

Blind Digital Citizen x Jean Turner x Premières Vies

15. Booba x Discipline Studio x Romain D’Abrigeon – Nero Nemesis

Pour son 7e album, le duc de Boulogne préfère créer son propre blason plutôt que d’exposer, comme il le faisait jusqu’ici, son torse tatoué et bodybuildé ou sa silhouette de bad boy songeur. Le lion affiché ici est ailé et porte une couronne sur la tête : c’est le symbole de la position de Booba sur un rap française qu’il souhaite dominer, plus encore qu’avant, de la tête, des griffes et des épaules. – Lire l’article complet

Booba x Sarah Schlumberger – Nero Nemesis14. Blanck Mass x Alex de Mora – Dumb Flesh

On ne sait vraiment s’il faut voir avec l’artwork de Blanck Mass l’embouchure d’un anus, la représentation d’un coude, le pli de la chair au niveau du bas-ventre, l’arrière d’une cuisse, l’enfoncement d’un nombril ou le devant d’un bras. Sans doute faut-il voir en fait, incohérence démoniaque, un ensemble de tout cela. Lorsque le malin habite le corps d’un être innocent dans les films d’angoisse aux tendances exorcistes, c’est de cette forme disparate qu’il se rapproche. – Lire l’article complet

Blanck Mass x Alex de Mora x Dumb Flesh13. Cheatahs – Mythologies

Afin d’illustrer ses Mythologies (le titre est inspiré par Barthes), les membres de Cheatahs ont plongé dans les archives des Suffragettes (membres de la Women’s Social and Political Union crée au début du XXe au Royaume-Uni) afin d’y trouver ce visuel datant de 1913. Lorsque le shoegaze se fait féministe et militant. – Lire l’article complet

Cheatahs – Mythologies12. Darkstar x James Medcraft – Foam Island

La photographe de James Medcraft, au service du 3e album de Darkstar, pointe son objectif sur une résidence que l’on devine vaste et luxueuse, mais vue depuis le béton crasseux et tagué d’un parking. Allégorique, le visuel est là pour symboliser, et comme le fait le son, le gouffre qui sépare le prolo de l’aisé. L’arbre fleuri qui s’impose entre les deux éléments architecturaux, lui, ajoute une note d’optimisme au propos initial. Une touche de vitalité dans ce monde cloisonné de béton renfermé. – Lire l’article complet

Darkstar x James Medcraft – Foam Island11. Rone x Liliwood – Creatures

Autour du visage d’Erwan Castex (aka Rone), coupé au niveau du nez, il est possible de distinguer une armée de petites créatures identiques et dissociables. Elles symbolisent les mille sonorités azimuts, tordues et déstructurées qui apparaissent dans ce 3e album, et pourraient tout aussi bien être issues d’un dessin animé jamais publié d’Hayao Mizayaki, tant leurs formes rappellent l’esthétique tendrement effrayante des productions animées du cofondateur du Studio Ghibli. – Lire l’article complet

Rone x Liliwood X Creatures10. Battles x Dave Konopka – La Di Da Di

De la même manière qu’ils accumulent, sur leurs pistes allongées, les boucles électriques et électroniques, les Battles accumulent sur leurs visuels des repas gargantuesques, qui, une fois terminés, doivent couper à quiconque l’envie irrémédiable de ne rien manger d’autre avant longtemps. Après les éléments gélatineux de Gloss Drop et les glaces d’Ice Cream, voici avec La Di Da Di la représentation d’un brunch idéal et particulièrement fourni. Quand l’appétit va, tout va. – Lire l’article complet

Battles x Dave Konopka - La Di Da Di9. Hot Chip x Nick Relph x Matthew Cooper – Why Make Sense ?

Il y a plus de 100 000 versions différentes – et uniques – de la pochette du 6e album d’Hot Chip Why Make Sense ? Et si l’on s’interroge, comme semble vouloir nous l’indiquer le titre de cet album, sur le sens véritable à donner à cette démarche absolument inédite, il faudra plus le trouver dans le défi technique que dans l’esthétisme ou l’allégorie pure. Pour une fois, c’est la diffusion de masse qui fait d’une création artisanale une véritable œuvre d’art. – Lire l’article complet

Hot Chip x Nick Relph x Matthew Cooper – Why Make Sense ?8. Tame Impala x Robert Beatty – Currents

Cette boule de plomb, qui paraît percuter sur ce visuel signé par le designer Robert Beatty, un espace jusqu’ici clairement régulier, paraît manifester la mutation sonore qui a su perturber, sans le bouleverser de fond en comble, l’environnement sonore de Tame Impala, passé avec Currents du rock psychédélique à la pop synthétique. Le changement, mais dans la continuité. – Lire l’article complet

Tame Impala x Robert Beatty - Currents7.  Viet Cong x Dusdin Condren – Viet Cong

Parce qu’elle focalise uniquement son œil sur ces mains entremêlées et séparées du reste du corps, la pochette du 1er album de Viet Cong suggère une violence conséquente. Métaphoriquement, c’est comme si ces ciseaux émancipaient, en se refermant l’un sur l’autre, la rage viscéralement punk inscrite dans l’ADN de ce quatuor au nom de force armée nord-vietnamienne, dont le nom apparaît à gauche (avec un nom pareil, c’est logique…) et en lettres capitales, de la même manière que le bruit d’image qui parasite considérablement le visuel fait écho, en se faisant « brouhaha visuel », au brouhaha sonore qui émane parfois de cet album. Percutant. – Lire l’article complet

Viet Cong x Dusdin Condren x Viet Cong6. Aaron x Akatre – We Cut The Night

Le duo qui compose Aaron s’entoure, afin de réaliser la pochette de son 3e album, d’un trio, celui qui gère le studio Akatre, qui réalise une pochette aux allures de théâtre enchanté. Deux valseurs dans la tourmente, et une certaine idée, en lévitation paradoxale, de ce que pourrait évoquer l’idée de yin et de yang. – Lire l’article complet

Aaron x Akatre – We Cut The Night5. Nicolas Godin x Iracema Trevisan – Contrepoint

Parce que les lèvres qui gouvernent le Contrepoint de Nicolas Godin, sont rayées par une trace de peinture au bleu très noble, on pourrait voir dans ce visuel une référence à la musique qu’envisage ici Nicolas Godin, relecture très personnelle et très sophistiquée de l’œuvre de Jean-Sébastien Bach en 9 temps (et en 9 morceaux) : la musique pop (les lèvres rouges), dominée par la noblesse de la musique classique (le trait bleu roi). Élégance absolue. – Lire l’article complet

Nicolas Godin x Iracema Trevisan – Contrepoint4. Marilyn Manson x Nicholas Cope – The Pale Emperor

Sobre et classieux, Marilyn Manson pose avec élégance devant l’objectif modeux de Nicholas Cope pour les besoins de la pochette de The Pale Emperor. En noir et blanc, pâle comme l’empereur que suggère le titre de ce 9e album studio, le visage de Marilyn Manson, déstructuré comme le triptyque du portrait de Lucian Freud par Francis Bacon, paraît porter les stigmates d’une âme tourmentée. C’est la manifestation par l’image d’une transition sonore, qui aura vu passer l’ancien danger public médiatique numéro 1 d’une Amérique réac et bien-pensante, du gothique glam et indus avec ses paillettes subversivo-grotesques au blues-rock de stade. – Lire l’article complet

Marilyn Manson x Nicholas Cope - The Pale Emperor3.Petite Noir x Lina Viktor – La Vie est Belle / Life is Beautiful

« Transformation, love and change ». C’est selon Lina Iris Viktor, plasticienne et designer qui navigue entre les villes de New York, de Londres et de Genève, les termes qu’il convient d’associer au magnifique visuel qu’elle a construit pour les besoins du 1er album de Petite Noir. Une transformation manifestée par cette pierre de malachite polie par la main de l’homme (ou par celle de Lina ?) présente en bas de l’image et en-dessous de Yannick Illunga qui lui permet d’employer ces termes et de justifier ainsi son travail. – Lire l’article complet

Petite Noir x Lina Viktor – La Vie est Belle, Life is Beautiful2. Seth Gueko x Adrien Lacheré – Professeur Punchline

La pochette du Professeur Punchline de Seth Gueko, qui évoque autant Hannibal Lecter que Skeletor, dénote parce qu’elle marque et impacte immédiatement la mémoire. C’est tout le mérite d’Adrien Lacheré, le photographe en charge du shooting, d’avoir donné de la personnalité à un visuel qui n’est finalement, si l’on prend le pitch de base, qu’un ultime portrait de plus. « J’ai ainsi pensé au fond blanc. J’ai photographié Seth devant un mur avec une texture assez particulière et dehors, afin d’avoir une lumière naturelle. Et ça a tapé direct. » Limpide. – Lire l’article complet

Seth Gueko x Adrien Lacheré – Professeur Punchline1.  Kendrick Lamar x Denis Rouvre – To Pimp A Butterfly

En invitant sa bande de loubards hilares sur le seuil investi de la Maison-Blanche, Kendrick Lamar trouve un moyen efficace de symboliser en image ce qu’il affirme en paroles. Il raille ainsi avec le cliché du Français Denis Rouvre l’opposition séculaire entre Républicains et Démocrates, dont la guéguerre d’égo et d’idées est ici comparable à celle qui oppose les gangs des cités les plus défavorisées des États-Unis. Ces niggas blindés aux as sont ici afin de concurrencer la représentation iconique ultime du pouvoir étasunien. Et Barack Obama, pendant ce temps-là, n’est même plus le nigga le plus cool de la Maison Blanche…- Lire l’article complet

Kendrick Lamar x To Pimp A Butterfly

Vous aimerez aussi

Danny Brown x Timothy Saccenti – Atrocity Exhibition Danny Brown, sur la pochette d’Atrocity Exhibition (et plus encore, sur le verso de l'album, dévoilé avant le recto), est en mode Double-Face. Comme Harvey Dent, l’ancien procureur de Gotham devenu,...
Kendrick Lamar – Untitled Unmastered Après avoir sorti, grâce au rendu photographique du Français Denis Rouvre sur To Pimp A Butterfly, la pochette la plus marquante de l’année 2015, Kendrick Lamar vient donc de sortir, avec cet aplat ...
Petite Noir x Lina Viktor – La Vie est Belle / Life is Beautiful « Transformation, love and change ». C’est selon Lina Iris Viktor, plasticienne et designer qui navigue entre les villes de New York, de Londres et de Genève, les termes qu’il convient d’associer au...
Seth Gueko x Adrien Lacheré – Professeur Punchline Le premier regard porté vers la pochette de Professeur Punchline, le prochain album de Seth Gueko, renvoie vers la figure romanesque du docteur Hannibal Lecter. Parce que la dentition sans peau tato...
Nicolas Godin x Iracema Trevisan – Contrepoint La pochette du brillant premier album solo de Nicolas Godin, intervenu 18 ans après le succès mondial du premier album d'Air Moon Safari, est indiscutablement l’une des plus élégantes de l’année. Un ...
Dr. Dre x Jeremy Deputat – Compton Compton. Antinomie parfaite du quartier voisin et starifié d’Hollywood, c’est bien sûr cette banlieue de Los Angeles située au sud de la ville, réputée pour la dangerosité exacerbée de son territoir...

Comments

comments