Time’s Up : les Buzzcocks période Devoto exposés à la French Paper Gallery


À la French Paper Gallery (Paris IIIe), spécialisée dans l’exposition de sérigraphie liées à la musique, au cinéma et à la pop culture, on rend actuellement hommage aux Buzzcocks, le groupe mancunien formé au début des années 70 par Howard Devoto et Pete Shelley, des potes de fac (University of Bolton) qui s’étaient alors retrouvés tellement ahuris devant un concert londonien des Sex Pistols qu’ils avaient décidé de contribuer à l’extension, croissante, de la parole punk au cœur du royaume britannique.

C’est un hommage aux Buzzcocks, ou plus justement, à l’avant Buzzcocks, celui que devaient incarner, de manière si sporadique, Howard Devoto qui est ici proposé. Car si la galerie propose, en exclusivité, une sérigraphie réinterprétant le tout premier EP du groupe – Spiral Scratch, et un visuel qui évoque plus l’élégance du design graphique que le DIY punk -, elle propose surtout une mise en valeur de Time’s Up, cet album jamais vraiment sorti (c’est-à-dire : un bootleg) que les uns (les fans) adulent et que les autres (les profanes) ignorent, production demeurée dans les limbes car jamais véritablement considérée par le groupe comme un élément discographique à part entière.

Buzzcocks x Malcolm Garrett – Spiral Scratch (1977)

C’est qu’Howard Devoto, jusqu’alors omnipotent, avait entre-temps quitté l’aventure Buzzcocks, rejoignant celle de Magazine, un départ un peu précipité intervenu juste après la parution de l’EP Spiral Scratch, qui avait cartonné malgré sa production extrêmement DIY (c’est le groupe qui trouve les fonds, qui pressent les vinyles, qui sort son label, et qui vend chacun des objets à £1 l’exemplaire, plus de 16 000 au total). Steve Diggle le remplacera à la guitare et au chant, poursuivant l’écriture de la légende sans celui qui en était à l’origine. Chacun sa route.

Buzzcocks x Malcolm Garrett – Spiral Scratch (2017)

En tout, Devoto et les Buzzcocks, ce n’est ainsi, entre 75 et 77, qu’une petite vingtaine de concerts (dont un partagé avec les Sex Pistols, mais le groupe est alors trop méconnu pour avoir le privilège de figurer sur l’affiche du concert avec eux…), et par conséquent, la perspective de rendre toute trace de ce passé partagé parfaitement inédite. Et ce passé, il réapparaît justement, grâce à l’investissement de Malcolm Garrett, l’artiste graphiste historique des Buzzcocks (du visuel de Spiral Scratch de 1977 à celui de The Way en 2015, c’est lui), mais aussi de Magazine, de Duran Duran, de Peter Gabriel, de Simple Minds, de Stray Cats. Car c’est Garrett lui-même qui a conçu le visuel rougeoyant de Time’s Up – qui n’avait alors, puisque jamais sorti, jamais été illustré – en utilisant, justement, une photo du duo Devoto-Shelley en plein live. « Quasiment une des seules photos de Devoto comme leader des Buzzcocks », affirme Laurent, l’un des fondateurs de la French Paper Gallery et commissaire, avec l’aide du manager de l’époque et de Domino (le label qui sort le disque), de cette exposition.

Buzzcocks x Malcolm Garrett – Spiral Scratch / Time’s Up (2017)

Pour le mélomane punk, ce bootleg enfin devenu disque officiel – version remasterisée -, représente ainsi une très grosse pièce de collection. Et un témoignage rare sur le moment qui a précédé le grand moment.

À propos de l’expo, concrètement

Time’s Up ! Buzzcocks 1975-1977, à voir à la French Paper Gallery, 51 rue de Volta, Paris IIIe, jusqu’au 26 mars 2017. Le 25, il y a aussi le live des Buzzcocks à l’Élysée Montmartre, et une séance de dédicace du groupe pour le finissage, le 26. Plus d’infos ici.

Buzzcocks (Site officiel / Facebook / Twitter)

Buzzcocks, Time’s Up, 1975 (première édition en 2017), Domino Records, pochette par Malcolm Garrett

Comments

comments