Lust For Youth x Kristian Emdal – Compassion


Lust For Youth x Kristian Emdal – Compassion

Qu’est ce que la compassion ? Pour Lust For Youth, ce trio Danois qui a décidé de nommer ainsi son 5e album studio (sorti chez l’excellent Sacred Bones Records), la compassion passe à l’instant où il a dû le formaliser (« Tout le monde a besoin de compassion, et tout spécialement ces derniers temps », nous dit Hannes Norvide par mail), par l’édification d’une pochette écrite en braille, donnant ainsi la possibilité à celui qui ne peut lire avec ses yeux de le faire par le biais de ses doigts. Certainement pas une mode, mais tout de même : Rihanna et Roy Nachum en avaient fait de même en début d’année pour la pochette d’Anti, sur laquelle ils avaient figurer un poème en braille de l’Américaine Chloé Mitchell. Et Autechre aussi, il y a 10 ans de ça, via la cover de son album Quaristice, conçue par l’agence The Designers Republic.

Pochette pour tous

Cette idée-là, et le fait de s’adresser à celui à qui on ne s’adresse pas si souvent que ça, elle a été soumise par Kristian Emdal, proche du groupe et éminent acteur de la scène post-punk de Copenhague puisqu’en plus d’être le bassiste attitré de Lower, il a notamment réalisé des visuels pour Iceage, pour War, et donc pour Lust For Youth, lui qui était déjà à l’origine de la pochette, géométrique et minimale, qui illustrait en 2014 International, le quatrième album du groupe. Démarche philanthrope.

Et alors, que lui signifie-t-on, au malvoyant à qui l’on fournit la possibilité de lire le contenu compatissant qui figure sur le fronton de ce disque-là ? Et bien honnêtement, pas grand-chose de passionnant. Car, une fois la traduction effectuée (par nos soins, experts en braille désormais), on s’aperçoit que ce sont simplement les crédits du disque qui apparaissent ici. Affichage d’autant plus décevant que lorsqu’on leur a demandé, par mail, ce qui était écrit sur la cover de ce disque, le groupe a simplement répondu par un énigmatique « Words », laissant envisager une réalité un peu plus poétique et profonde que ce qui a été transcrit au final. Fantasme, tout de même, un peu déçu.

La traduction donc :

« Recorded in Bjae at Frank-Rigshusense Copenhagen Den – Mark. Lust For Youth is Hannes Norrvide, Malthe Fischer, Loke Rahbek, with additional voices and words by Somo Reza Nejad. Photography by Kristian Emdal, layout by Lukas Hojlund. Compassion is dedicated to all our bothers and sisters with special thanks to Frederik Valentin and Patrick Quick. The model is follow on Instagram started interacting with him when they were staying in the same hotel. She left him a note, tagged him in the post, then he replied. »

Le son

Le revival new-wave de Lust For Youth, acteurs fondamentaux de l’excellente et foisonnante scène indie-électro-pop-rock danoise (de Lower à First Hate, de Reptile Youth à Iceage, des Raveonettes à Trentemøller, de Giana Factory à MØ) poursuit sa remontée à travers le temps, et continue à zieuter autant du côté de Depeche Mode, de New Order, d’Orchestral Manœuvres In The Dark et du côté d’une discographie enjoliveuse de mélodies passionnées et de mélancolies aux synthés. Quelques grands moments (« Stardom », « Tokyo », « Limerence »), et globalement, un grand disque qui s’inspire des sonorités d’avant, mais ne sonne (absolument) pas ringard pour autant.

Lust For Youth (Facebook / Twitter / Bandcamp)

Lust For Youth, Compassion, 2016, Sacred Bones Records, 35 min., pochette par Kristian Emdal

Vous aimerez aussi

Pharmakon x Jane Chardiet ‎– Contact Chez Sacred Bones, label de Brooklyn au catalogue radical - John Carpenter, Lust For Youth, David Lynch… -  on semble avoir un goût prononcé pour le plaisir de la chair. Ou du moins, pour sa figurat...
Blanck Mass x Carli Davidson – World Eater Qu’est-ce que c’est encore que ce truc bizarre ? Une traduction littérale, semblerait-il. Ou à peu près. Comme cela avait déjà été le cas, finalement, pour Dumb Flesh, et pour cet album sorti il y a...
Top 20 des pochettes les plus marquantes de l’année 2016 Après vous avoir demandé d’élire, la semaine passée, vos propres pochettes de l’année, (c'est celle de La Femme, par Tanino Liberatore, qui est arrivée en tête), c’est à notre tour de vous dévoiler (e...
Drake x Caitlin Cronenberg x Nicky Orenstein – Views La 7e femme de Barbe-Bleue, comme les autres avant elle, commet l’erreur de visiter la pièce qu’elle n’aurait pas dû visiter. Les corps des anciennes femmes de son nouveau mari y gisent, immobiles e...
Rihanna x Roy Nachum – Anti « La pochette d’Anti est la meilleure pochette d’album que je n’ai jamais réalisée », admettait Rihanna lors du dévoilement – très cérémonieux – du visuel de ce 8e album, à l’occasion d’un événement...
Blanck Mass x Alex de Mora – Dumb Flesh « I take of your dress, I shake off your flesh ! », hurle avec une obscénité sans pareille Kim Gordon sur « Shaking Hell », le morceau le plus malin (diaboliquement parlant) du premier véritable alb...

Comments

comments