Ladytron x Reuben Wu – Ladytron


D’immenses flammes rougeoyantes dégagent une fumée noire et épaisse. Elles s’apprêtent à avaler la forêt qui se tient tout entière autour d’elles, et autour de ce feu qui n’était sans doute à l’origine qu’une braise. Les flammes ont déjà gagnées la route, et le béton de la chaussée qui crame lui aussi, mais moins vite que ces arbres qui ne sont déjà plus que des tiges maigrelettes et foncées, bien loin de l’allure centenaire et imposante qui était la leur il y a de cela quelques instants. Des milliers de vies végétales, animales, et autres, sont sur le point de périr.

Allumer le feu, allumer le feu
Et voir grandir la flamme dans vos yeux

Johnny Hallyday

Ces flammes hautes et brûlantes, symboles chez les humains de la destruction comme de la passion (on dit que les deux idées vont régulièrement ensemble), un couple paraît manifester, sur la pochette (signée par Reuben Wu, membre du groupe et photographe professionnel) du dernier album, éponyme, de Ladytron (pop électronique en provenance de Liverpool), la volonté de les rejoindre. La voiture négligemment garée sur le bas côté de la chaussée paraît être la leur, et ceux-là n’ont certainement pas même pris le temps d’en couper le moteur. La portière est grande ouverte comme s’ils venaient de s’en enfuir, mais plutôt que de prendre la fuite dans la direction opposée, légitimement effrayés par le spectacle brûlant et périlleux qui se déroule à quelques mètres d’eux, le couple s’y précipite, dans ce grand incendie dont la hauteur rivalise déjà avec celle des cieux. Peut-être en sont-ils les auteurs, de cet incendie potentiellement criminel, pyromanes fascinés par la toute-puissance des flammes. Ou peut-être sont-ils simplement au mauvais endroit au mauvais moment. Ou plutôt, au bon endroit au bon moment, dans ce cas-là et compte tenu de leur étonnante attraction pour ce danger-là.

Until the fire turns to desire

Ladytron

Cette course effrénée vers une destinée déjà scellée (tous deux ont décidé de s’ôter la vie en se confrontant aux grandes brûlures, c’est acté), elle symbolise ainsi sans aucun doute la virulence du sentiment amoureux, celui qui nous pousse, débordé par les passions les plus viscérales, à prendre à deux les risques les plus insensés. Ce visuel du sixième album de Ladytron est également une transcription parfaite du morceau phare de l’album, justement intitulé « Untile the Fire », et qui dit « Until the fire turns to desire / Until the fight becomes daylight / Oh we hang on the wire, and the walls get higher / Just until the fire catches them ». L’idée de se cramer les ailes, dévoré par le désir, en gros. Paix sur eux.

Le son

Les plus attentifs auront noté l’absence du groupe Ladytron depuis un bon petit moment. Huit ans, en fait, entre la sortie de cet album éponyme et le précédent, intitulé Gravity the Seducer, paru en 2011. Des projets solos pour quelques-uns (il y eut notamment le projet Marnie pour Helen Marnie), d’autres occupations tout autant rémunératrices pour d’autres (la photo et la vidéo publicitaire pour Reuben Wu), et un retour franchement pertinent pour le groupe du Nord de l’Angleterre, entre ambiances dream, shoegaze et électro-pop. Tout feu, tout flamme ?

Ladytron (Site officiel / Facebook / Twitter / Instagram / YouTube)

Reuben Wu (Site officiel / Facebook / Twitter / Instagram)

Ladytron, Ladytron, 2019, Ladytron Music, artwork par Reuben Wu, Neil Krug, Jeff Frost

Comments

comments