Kendrick Lamar – Untitled Unmastered


Kendrick Lamar - Untitled Unmastered

Après avoir sorti, grâce au rendu photographique du Français Denis Rouvre sur To Pimp A Butterfly, la pochette la plus marquante de l’année 2015, Kendrick Lamar vient donc de sortir, avec cet aplat verdâtre au coloris tout juste nuancé, la pochette la plus banale de l’année 2016. Car si l’on comprend bien la logique de la démarche qui consiste à illustrer un album nommé Untitled Unmastered par une pochette qui donne, de la même manière, l’impression de n’avoir pas été travaillé outre mesure (ce qui est évidemment faux), on regrette que le natif de Compton ait adopté la posture, déjà si largement éculée et portée ici à son apogée (pas de titre d’album, pas de titres de morceaux, pas de vraie illustration, pas d’annonce préalable), du précepte  « seule la musique compte ».

Dans la lignée du Yeezus de Kanye West et de ces white cover qui prennent le parti, le plus souvent en musique électronique, de déconsidérer l’importance visuelle du disque, cet Untitled Unmastered pourra aussi trouver sa place, dans une discothèque vinyle bien fournie, aux côtés du White Album des Beatles ou plus récemment du Depression Cherry de Beach House, qui avaient fait eux aussi le choix de l’artwork à l’habillage minimal. Décevant.

Le son

Déçu par le visuel mais certainement pas par le son. Car si certains voient dans la sortie de ce 4e album, proposé en ligne sans avoir été préalablement annoncé (le théorème Beyoncé), une espèce de fourre-tout de morceaux qui n’auraient pas pu trouver leur place sur les disques précédents (les titres des morceaux comportent tous une date, peut-être celle de leur création), on est bien obligé de reconnaître la qualité une nouvelle fois incontestable de ce disque surprise parcouru par les mêmes productions funky, jazzy et soûl de son glorieux successeur. La piste 1 est grandiose, et la 8e aussi.

Kendrick Lamar (Site officiel / Facebook / Twitter / Instagram)

Kendrick Lamar, Untitled Unmastered, 2016, Aftermath/Interscope, 34 min.

Vous aimerez aussi

Danny Brown x Timothy Saccenti – Atrocity Exhibition Danny Brown, sur la pochette d’Atrocity Exhibition (et plus encore, sur le verso de l'album, dévoilé avant le recto), est en mode Double-Face. Comme Harvey Dent, l’ancien procureur de Gotham devenu,...
Top 20 des pochettes les plus marquantes de l’année 2015 Après vous avoir demandé d’élire, la semaine passée, vos propres pochettes de l’année, c’est à notre tour de vous dévoiler (en ordre décroissant et de manière progressive…) notre top 20 des pochettes ...
Dr. Dre x Jeremy Deputat – Compton Compton. Antinomie parfaite du quartier voisin et starifié d’Hollywood, c’est bien sûr cette banlieue de Los Angeles située au sud de la ville, réputée pour la dangerosité exacerbée de son territoir...
Kendrick Lamar x Denis Rouvre – To Pimp A Butterfly « Every nigga is a star », annonce Kendrick Lamar sur le funk-acide « Wesley's Theory » en introduction de son troisième album To Pimp A Butterfly. Et si Kendrick l’annonce par les mots, d’autres pa...

Comments

comments