Fiodor Dream Dog x Dadamint – Best


Fiodor Dream Dog & Dadamint – « Best »

Rêvant de chien sculpté dans la pierre pour s’évader vers des cieux lunaires, Fiodor Dream Dog électrise avec ce nouvel album aux textures merveilleusement brutales et délicates à la fois. Un paradoxe délicieux, parfaitement en accord avec la pochette pensée et réalisée par la graphiste Dadamint.

Néons et monte le son !

Crevant l’écran ou plutôt la main de celui qui la tient, cette pochette d’album designée par Dadamint semble représenter Fiodor Dream Dog, alias Tatiana Mladenovitch, dans ce qu’elle a de plus onirique. Et justement, ce troisième opus Best est le meilleur de ses divagations musicales incroyablement cinématographiques. On voyage sur cette pop moderne qui distille des rythmes électro très industriels, comme l’ampoule d’un néon d’un drugstore qui clignote symptomatiquement.

Une énergie hypnotique qui se dégage de cette voix bondissant sur les percussions et les beats électroniques. Il y a de l’exotisme dans cette électro-pop à ressort : c’est un trampoline musical ultra-séduisant, qui exulte sur les petits cris érotiques de Tatiana Mladenovitch. Batteuse avant tout, notamment pour des artistes tels que Theo Hakola, The Aikiu ou Bertrand Belin, la déroutante chanteuse de Fiodor Dream Dog incarne vocalement toute la puissance percussive de sa musique à l’instar du titre « A Litany ». De ses compos lo-fi très organiques et synthétiques s’échappe des nappes lunaires et cosmiques.

Avec cette chevelure violacée dessinée comme un tube phosphorescent, on se sent embarqué entre le rêve et l’agression des sens, engendrés par la puissance lumineuse de ces néons de papier.

Au dos de l’album, un claquement de doigt incandescent allume le briquet de la galette, virant au parallèle avec l’œuvre America America de Martial Raysse.

Tout en restant dans les codes d’un pop art expressif et universel, parfois les ambiances glauques mystérieuses comme sur le morceau « Ben » nous mènent sur le terrain d’un vieux motel abandonné où le néon n’est plus que l’ombre de lui-même.

Un oiseau dans l’orage

Sur l’artwork de Dadamint, le visage lumineux se fait double, dévoilant une face introspective et nostalgique en paradoxe avec les transes colorées que provoquent les compositions de Fiodor Dream Dog.

Cet être double semble incarner ce moment où la tête émet un mouvement de recul, comme un retour à l’état de soi, la tête enfoncée dans son col roulé, dans une mélancolie non dissimulée, véritablement éclairante dans « Cherries ». La pluie verdoyante, précise comme des lames de rasoir, s’abat sur cet être artiste à mi-chemin entre un mannequin de grands magasins, enfermé dans son statut d’objet, et une créature de science-fiction façon Ray Bradbury.

Un oiseau dans la tempête dégoulinant comme une urgence, soumis à de délicats clapotis comme les chœurs et les synthés de « Scene From The Future ».

Le côté obscur de la force

Dadamint, habitué a façonner des mondes futuristes, illustre ici un personnage qui fascine et colle à la peau de Best, album terriblement obsédant qui étale des contrées mystérieuses sur des territoires à conquérir. Cette pop hybride nettoie un paysage musical souvent engagé sur des sphères homogènes. Déjà pour le dernier EP de Fiodor Dream Dog, Sunnight, Dadamint illustrait la pochette d’une brèche animale et organique qui se transformait en nuages oniriques toujours à cheval sur cette dualité des sens.

Aussi délicat que les fils dénudés d’un vieux panneau publicitaire, cet album est un vrai bijou de modernité et de lyrisme.

L’artwork hyper racé de Dadamint, rappelant Andy Warhol et Roy Lichtenstein et donnant cette allure mélodique et mélancolique, le rend tout aussi unique ; laissant flotter le regard vague de cette personne presque étonnée de ses propres clignotements.

Le Son

Fiodor Dream Dogs, alias Tatiana Mladenovitch, propose à travers ce troisième album Best, un univers électro-pop plus nourri et mélodique que dans ses deux albums précédents, plus épurés. Un virage plus moderne et musclé qui épouse merveilleusement l’étonnante voix de cette batteuse de formation qui collabore notamment avec Bertrand Belin.

Fiodor Dream Dog (Site Officiel, Facebook, Twitter)

Dadamint (Site Officiel)

Fiodor Dream Dog, Best, 2015, La Gosse Productions, 32min., pochette par Dadamint

Comments

comments