Erevan Tusk x Anthony Lietard x Romain Arnette – Growing


Erevan-Tusk-Growing-EP-2015

Le quintet français qui s’était fait remarquer en 2012 avec Fortify Your Innocence, un premier album qui mêlait une folk fleurie à des accents résolument pop revient pour un beau virage musical teinté d’un visuel bluffant. Le nouvel EP Growing d’Erevan Tusk nous mène vers des mélodies planantes sublimées par des harmonies vocales jubilatoires et des claviers mystérieux.

Une électro pop musclée qui traîne des parfums bucoliques, et qui, dès l‘écoute des premiers titres, dessine des grands espaces avec une bizarrerie burtonienne. Et c’est justement cette rêverie musicale qui est mise en exergue grâce au travail du photographe Anthony Lietard qui signe un cliché fascinant.

Le bucolique et le cru

Faisant office de préambule graphique à cet EP, cette photo a été prise durant le tournage du clip de « Growing » réalisé par Benjamin Marchal. Une vidéo cauchemardesque qui met en scène une petite fille tout droit sortie de The Walking Dead qui poursuit un homme en slip, pour le dévorer et faire de la corde à sauter avec ses intestins, au sens littéral du terme.

Ce pantin en feu reflète à merveille ce trash poétique à mi-chemin entre Twin Peaks et Chucky. Contrairement à leur première pochette à l’esthétique sépia d’une adolescence acidulée, ici, les basses sensuelles se mêlent à l’incandescence de ces cheveux enflammés qui forment une nappe de chaleur comme celle qui enveloppe un jour d’été brûlant. Une sensation de fournaise étouffante qui émane du titre « When June Came ».

Rêve ou Cauchemar ?

« We are poor and dangerous » préviennent Jim, Pacôme, Pierre, Nicolas et Alex, les cinq membres d’Erevan Tusk. Comme un avertissement pour pénétrer leur univers qui évolue vers des sphères psychédéliques et lunaires. Un angle largement appuyé par ce visuel qui semble s’être évadé d’un manège hanté par des pantins désarticulés. On pense à l’enfance déglinguée et à une vieille roue qui grince. Tout, jusqu’au layout de Romain Arnette, nous plonge dans cette ambiance fantastique. La typographie choisie pour le nom du groupe semble elle aussi prendre feu, tandis que les lettres de l’EP rappellent des contrées celtes, se fondant dans ces grands espaces qui accompagnent la course folle de la poupée flamboyante. De l’imaginaire pour servir cette électro pop aussi entêtante qu’un cauchemar traumatisant.

Le son

Après un premier album aux sonorités plus folk en 2012, le groupe français est de retour avec un EP de quatre titres, qui s’offre quatre remixes de son titre phare « Growing ». Un opus qui marque l’évolution d’Erevan Tusk qui propose une pop décomplexée qui évoque la folie libertaire d’Hermane Dune et la puissance mélodique de Metronomy.

Erevan Tusk (Site OfficielFacebook / Twitter / SoundCloud)

Anthony Lietard (Site officiel)

Erevan Tusk, Growing, 2015, Yellow Van, 29 min, photo par Anthony Lietard, layout par Romain Arnette

Vous aimerez aussi

À travers le prisme de : Perez L’ex-leader du groupe Adam Kesher, Perez, dévoile chez Barclay un premier album déroutant, qui oscille entre la new wave débraillée de Taxi Girl, le lyrisme susurrant d'Etienne Daho et la rétro nost...
Aaron x Akatre – We Cut The Night 5 ans après Birds In The Storm, le duo fusionnel composé de Simon Buret et Olivier Coursier revient pour un troisième album studio. Toujours terriblement inspiré par des contrées oniriques, Aaron s’...
Lou Doillon x Zélie Noreda x Yann Orhan – Lay Low Trois ans après son premier et remarqué album Places, dans lequel elle dévoilait une voix à la fois chaude et rocailleuse, Lou Doillon nous embarque dans des eaux nostalgiques qui hument les souveni...
Babx x Laurent Allaire x Yoan de Roeck – Cristal Automatique #1 Désormais à la tête de son propre label, voguant donc librement sur les sphères merveilleusement atmosphériques de ses divagations musicales, Babx offre dans ce Cristal Automatique #1, un spectre su...
Outfit x Lucy Hardcastle – Slowness Après un premier album en 2013, le quintet de Liverpool revient avec une galette iodée dont la matérialisation se traduit par un mollusque coloré et goulu qui donne le ton de ce nouvel opus. Une pép...
Florence + The Machine x Tom Beard x Brian Roettinger – How Big How Blue How Beautiful Si de ses artworks aux imaginaires baroques semblaient naître des lapins fantasmagoriques et des princesses esseulées au fond d’un bois, le troisième album studio de Florence Welch s’illustre à trav...

Comments

comments