Delacave x Liliane Chansard – If I Am Overthinking, Talk About Anything, Any Damned Thing


Liliane Chansard (aka Lily Pourie, une fois la couverture Delacave enfilée) joue, chante, et dessine les visuels de ce quatuor basé, géographiquement parlant, à l’Est de la France, et localisé, d’un point de vue sonore, aux extrémités de beaucoup de choses – indus, kraut, punk, cold-wave, et autres éléments dissonants. Pour nous écrire quelques mots sur le visuel de ce troisième disque au nom aussi long qu’un constat auquel l’on ne trouve pas forcément quoi que ce soit à redire – If I Am Overthinking, Talk About Anything, Any Damned Thing -, Lily nous dit que c’est ok. Mais à une condition : il faut publier son texte tel quel. « Pas de transformations, ni retrait ou ajout d’informations ». Aucun problème.

« Le dessin a été fait pour la pochette du vinyle DELACAVE If i am overthinking, talk about anything. Any damned thing, au mois d’octobre 2016,

à Eckbolsheim, maison familiale.

Il fait partie d’une série qui existe depuis un an maintenant.

Papier, encre noire, stylo noir.

Un paysage désertique.

Falaises, grains de sable, graviers habitent les lieux.

Les arbres sont morts et servent parfois de perchoir aux oiseaux.

La végétation est très rare.

Parfois quelques fougères,

espèces pionnières après une éruption volcanique.

Dans ce biotope, il y a toujours de l’eau (lac, fleuve, torrent, cascade…), essence de la vie.

Plusieurs classes animales évoluent dans ce désert :

– des mammifères (loup, renard, cerf, élan, renne, chat, lapin, blaireau, cheval….)

– des oiseaux  (vautour, bec croisé des sapins, chouette, hibou, héron, paon, chardonneret…)

– un reptile  (serpent)

Ces animaux sont nombreux et vivent côte à côte.

Chacun est le représentant précis d’une sensation ou d’un comportement.

Avec la particularité, qu’ils ne s’attaquent pas entre prédateur et proie.

Ils vivent pacifiquement, comme dans les représentations du paradis.

S’ils se montrent agressifs, c’est envers celui qui regarde, l’Homme.

Certains coulent, s’effondrent, ont des postures monstrueuses, des déformations physiques…

Leur monde s’éteint,

la vie sauvage est terminée.

Ils évoluent dans des parcs, des réserves,

leur patrimoine régresse.

Les paysages s’appauvrissent :

le sable, la roche, l’eau noir, la nuit éternelle, les astres oppressent la terre, les falaises acérées et impraticables.

Hommage à la vie feu sauvage. »

Le son

Sans surprise, il y fait noir dans cette cave. Tout au fond du précipice, on y fait des rêves peu sereins, d’apocalypses et de lendemains grisâtres, de normalités pauvres à crever, d’un chaos ordinaire global rappelé, ici, par un quatuor (Lily Pourrie, Seb Normal, Cheb Samir et Quentin Scanner) signé sur ce qui se fait de mieux en terme de signatures punk aux chants désenchantés (Le Turc Mécanique hier, Teenage Menopause aujourd’hui). Gloire à là où il fait sombre.

Delacave (Facebook)

Delacave, If I Am Overthinking, Talk About Anything, Any Damned Thing, 2017, Teenage Menopause Records, 37 min., pochette par Liliane Chansard

Vous aimerez aussi

Heimat x Alexandre Lobanov – Heimat Réutiliser le travail déjà existant d’un artiste afin d’en faire la pochette de son album. Le procédé, fréquemment utilisé, et pas toujours par paresse (récemment : Von Pariahs avec Théo Mercier, Th...

Comments

comments