Daniel Avery x Matt & Dan – Song for Alpha


Le virage est aussi visuel que musical. Cinq ans après l’excellent Drone Logic, le DJ et producteur Daniel Avery a annoncé, en dévoilant début 2018 l’EP Slow Fade, la sortie d’un deuxième album intitulé Song for Alpha. Probablement lassé de voir ses titres apparaître dans des publicités de voitures, le producteur de techno, connu pour ses titres super efficaces, change de style pour aller côtoyer un registre presque ambient, beaucoup plus éthéré. Tout en nuances, ce nouvel album s’afficher à travers un artwork minimaliste, un ardent dégradé, altéré par des textures qui rappellent l’univers glitch.

 

Minimalisme

Réalisé par le duo qui avait déjà participé à la création de l’identité visuelle de Drone Logic, l’artwork prend la forme d’un nuancier, comme l’indique d’ailleurs le titre de l’EP, qui passe de l’orange au noir. Sur leur page Instagram, les créateurs expliquent l’avoir composé avec un visualiseur sonore, en appliquant à la musique différents programmes. Un rendu on ne peut plus honnête donc, paradoxalement plus direct, pour un album à la production plus texturée et fantomatique que le précédent.

Le son

Loin des kicks saturés qui faisaient jusqu’ici l’identité de Daniel Avery, les titres présents sur Slow Fade, particulièrement le morceau éponyme, se veulent contemplatif, en superposant les couches de synthé. Les percussions semblent filtrées, et les infimes mélodies donnent une dimension aérienne à l’enregistrement. D’autres titres, plus risqués, comme « After Dark » et « Fever Dream », arrivent à la frontière du Drone, avec des sonorités plus industrielles. Seul le morceau « Radius » laisse à penser que le DJ a trouvé un juste milieu entre l’exploration de ce nouveau style, et ses productions antérieures. Quoiqu’il en soit, le virage s’annonce réussi.

Daniel Avery (Facebook / Twitter / Instagram / Youtube)

Daniel Avery, Song for Alpha, 2018, Phantasy Sound/ Mute Records , artwork by Matt & Dan

Comments

comments