D.R.A.M. – Big Baby D.R.A.M.


d-r-a-m-big-baby-d-r-a-m

D.R.A.M. est un type très drôle. Déjà, parce que son nom est aussi bien un acronyme pour « Does. Real. Ass. Music. » (version officielle) que pour, et ça c’est lorsque l’on demande à Google, pour « Dynamic Random Access Memory » (à ne pas confondre avec « Random Access Memory », qui est le dernier album tout pompeux des Daft). Aussi, parce que chacun de ses clips est une nouvelle manière de se foutre gentiment de ces acteurs du rap game bling-bling et moi-moi, de celui « Cash Machine » à celui de « Broccoli » (dont le premier plan est donc sur un brocoli qui flotte dans l’eau…), qui singent la vie de gangsta avec nanas qui bougent le derrière et biftons qui volent, le tout avec une jouissance certaine.

Mignonitude au max

Un second degré pas si fréquent (Lil Yachty, en featuring d’ailleurs sur « Broccoli », est pas mal non plus dans le genre), que l’on constate aussi bien sûr sur les pochettes de disques de ce garçon né en Allemagne mais qui a grandi en Virginie, de celle de ce single au nom de chou vert à celle de #1EpicEP,  de celle de Gahdamn! (qui voit D.R.A.M., cartooné, foutre une branlée à Godzilla en personne…) à celle de Big Baby D.R.A.M., indiscutablement l’une des plus drôles de l’année. Et des plus mignonnes aussi. Enfin les deux ressentis sont un peu liés, et provoquent finalement le même effet : on sourit, et largement. Peut-être pas autant que D.R.A.M., très fort dans l’exercice, mais quand même.

#BigDadyDRAM

On sourit, parce que c’est tout con : Shelley Marshaun Massenburg-Smith (c’est son vrai nom), ce sourire large et sincère devenu sa marque de fabrique affiché sur le visage, et son doldendoodle désormais fétiche (Idnit, qui il faut bien l’avouer, est assez craquant) collé à sa joue, la patte orientée comme s’il était en train de faire un gentil câlin à ce maître que l’on devine aimant et très joueur. C’est too cute. Et c’est viral, aussi. À tel point que devant le succès de cette photo, qui ressemble drôlement à un selfie (c’est sans doute le cas), le management de D.R.A.M. a suggéré l’idée de laisser aux internautes la possibilité de créer leur propre cover de Big Baby D.R.A.M. (avec naturellement le hashtag à la clé pour davantage de viralité), en remplaçant simplement la photo de Shelley par la leur, avec le gentil chien Idnit à leurs côtés. Malin (et assez drôle là encore).

Big ups to The Gucci Ghost for the official collab with Gucci. He also believes that I’m the first one to get this piece👶🏾

Une photo publiée par B I G B A B Y 👶🏾 (@bigbabydram) le

Malin, d’autant plus que ce chien-là est devenu une véritable petite star outre-Atlantique (ou au moins du côté des fans de hip-hop transgressif et rigolo), lui qui était l’un des protagonistes centraux du clip, très partagé, de « Broccoli », que l’on a pu voir à ses côtés lors de la remise du BET Hip-Hop Awards, et que son propriétaire humain met en scène à chaque fois qu’il le peut, sur les réseaux sociaux (sur Instagram notamment, où Shelley pose beaucoup avec son toutou, et avec d’autres). C’est un peu comme la peluche de Mr. Oizo, en fait. Mais en vrai. Et ça nous change un peu des chats, aussi.

I named him Lil Champ. #GooglePlayXMilk

Une photo publiée par B I G B A B Y 👶🏾 (@bigbabydram) le

Le son

Après deux mixtapes d’envergure et un tube (« Cha Cha ») validé par tous, et notamment par Beyonce (ce qui est toujours relativement important), D.R.A.M. balance un premier album souvent drôle, toujours soigné, faussement branleur, qui, entouré de featurings cousins (Lil Yachty sur « Broccoli », Young Thug sur « Misunderstood », Erykah Badu sur « WIFI ») s’impose comme l’un des plus cools de l’année dans le genre hip-hop déluré, aux bonnes ondes largement communicatives. Un disque qui a du chien, en fait.

D.R.A.M. (Site officiel / Facebook / Twitter / InstagramYoutube)

D.R.A.M., Big Baby D.R.A.M., W.A.V.E. Recordings / Empire / Atlantic Recording Corporation, 2016, 52 min.

Comments

comments