Caandides x ZEUGL – 20° 30′ S 29° 20′ W


Caandides x ZEUGL – 20° 30' S 29° 20' W

Le 16 janvier 1958, un navire de surveillance appartenant à l’armée (l’Almirante Saldanha) navigue au large des côtes brésiliennes, tout proche de la petite île de Trindade, rocher désert de l’Atlantique Sud situé à 20° 30′ latitude sud et 29° 20′ longitude ouest. Les membres de l’équipage, menés par le capitaine de corvette Carlos Alberto Ferreira Bacelar, verront ce jour-là leur vie bouleversée à jamais. Car dans le ciel bleu surplombant les rivages de l’Océan Atlantique apparaît soudainement (on parle d’une quinzaine de secondes) un disque phosphorescent, furtif et rapide, aux proportions gigantesques. Photographié par le Brésilien Almiro Baraúna au moment de son irruption inédite, le disque en question est considéré, encore aujourd’hui, comme l’une des plus troublantes et des plus plausibles apparitions potentielles d’OVNI du XXe siècle…

Caandides x ZEUGL – 20° 30' S 29° 20' W (vinyle)

La possibilité d’une île

XIe arrondissement parisien, bien loin de l’Atlantique, autour d’un thé aux arômes fleuris. Chez Gabriel Wéber et Lolita Do Peso Diogo (les deux membres de ZEUGL), responsables de l’identité visuelle de Caandides depuis les tous premiers murmures du projet (« au tout premier concert de Caandides, on était là ! »), on tente de comprendre l’idée curieuse qui a bien pu pousser un groupe de pop, et ce même si son univers sonore est de plus en plus complexe, à utiliser cette île méconnue et l’image d’un objet non identifié à la véracité un peu farfelue afin d’illustrer son premier album.

Lolita : « Théo (ndlr : le chanteur de Caandides) trouvait cette histoire d’apparition d’OVNI sur un caillou perdu au milieu de l’océan fascinante. C’est l’idée de fantasme bizarre qui lui plaisait, car bien sûr, il n’y est jamais allé, sur cette île. Chez Caandides, il y a depuis longtemps une idée récurrente, celle de ‘carte’, de ‘découpage’, de ‘décomposition’. On le voit un peu dans les visuels des précédents disques. Et pour cet album-là, Théo était très attaché à l’idée du ‘tropical morbide’. Cette île et son histoire, dans cette logique, englobaient tous les éléments qu’on voulait connoter/faire figurer sur la pochette. Il a alors voulu partir de cette anecdote pour nommer l’album et pour construire une identité visuelle autour. »

Gabriel et Lolita, également collaborateurs d’Iñigo Montoya!, d’Amarillo ou de Moodoïd (on avait d’ailleurs exposé les visuels réalisés pour le groupe de Pablo Padovani lors de notre dernière Nuit Néoprisme), se sont alors inspirés de la photo la plus célèbre de l’instant décisif montrant l’île et son ciel parcouru par cet objet qui ne sera certainement jamais identifié – qui apparaît sur la droite, en tout petit, marqué par un petit trait de mesure –, et ont construit autour de ce cliché un système graphique d’une complexité et d’une minutie remarquables.

Trindad

Île de Trindade

Règle de 12

Gabriel : « À la base, c’est Théo qui avait cette idée de carte assez abstraite. On a ensuite eu l’idée du moniteur, et on s’est inspiré d’un essai pixelisé que j’avais fait pour un EP qui rappelait l’affichage un peu archaïque des ordinateurs. Partant de là, on a alors choisi de décomposer l’image en 12 couches de couleurs, comme autant morceaux de l’album, chaque titre étant donc associé à une couche. Et on va d’ailleurs utiliser exclusivement ces 12 couleurs dans toute la communication autour de cet album. Pas de noir ni de blanc, sauf sur les rondelles des disques du vinyle ».

Caandides x ZEUGL – 20° 30' S 29° 20' W (couches)

Piochant dans sa bibliothèque, Lolita précise : « Il y a ce livre d’Edward Tufte – Envisioning Information – qui analyse le graphisme d’information. Il analyse ces graphiques qui traitent des datas hypers complexes et qui essayent de les communiquer de manière claire. Toute proportion gardée, c’est ce que l’on a essayé de faire aussi avec Caandides, même si on a tenu à ce que l’ensemble reste pop. Il ne fallait pas faire non plus quelque chose de trop froid. »

Caandides x ZEUGL – 20° 30' S 29° 20' W (poster)

Cette composition particulière, et pensée depuis de longs mois, elle est détaillée (les initiés saisiront le concept, les novices auront plus de mal…) par un poster qui accompagne chacun des vinyles de l’album, une notice explicative qui permettra également de comprendre la vidéo accompagnant le morceau « Zero », pour laquelle a été appliquée le même principe de la division de l’image en plusieurs couches. Sauf qu’ici, ce sont les éléments qui composent le morceau qui sont représentés, puisque chaque mouvement visible dans la vidéo correspondent à la rentrée et à la sortie de chacun des instruments.

Dernière étape de ce travail d’orfèvrerie graphique, le recto de l’album, véritable photo de famille thermique au sein de laquelle le groupe a souhaité faire apparaître tous ceux qui ont participé à l’élaboration de ce premier album.

Lolita, pour conclure : « Théo voulait faire un trombinoscope des gens qui ont participé à l’album. On a rebondi sur cette idée et chaque membre du groupe s’est vu attribuer son propre morceau, avec son portrait pixélisé. Les quatre membres du groupe (Théo, Dylan, Noé et Jules) ont les quatre premiers morceaux, et ceux qui ont participé à l’album les autres (Lucas Valero, Morgane Colas, Pablo Padovani, Paul Collins, Adrien Pallot…) Peut-être même qu’on y apparaît aussi…. » À ceux qui les connaissent le soin de les reconnaître.

Caandides x ZEUGL – 20° 30' S 29° 20' W (Verso)

Le son

En parfaite connexion avec cette pochette évocatrice d’île désertique un peu glauque et d’objet volant non-identifié, le premier album de Caandides effiloche une pop synthétique, tordue et grabataire, qui, en aiguisant les angles déjà bien tordus qu’elle malaxait hier (les EP Before the Art et Winter IX, plus salés que sucrés), nous donne une bonne raison de contredire l’innocence sous-jacente au nom du projet, lui préférant, déjà, le l’idée de bien belle maturité. Mais au fait : sont-ils revenus un jour, ces humains que certains ont prétendu jadis avoir été enlevés par des extra-terrestres pas trop belliqueux ?

Caandides fait se release party le mercredi 24 février aux Bains, dans le IVe.

Caandides (Site officiel / Facebook / Twitter / Soundcloud / BandCamp /Youtube)

ZEUGL (Tumblr / Site officiel de Lolita / Site officiel de Gabriel)

Caandides , 20° 30′ S 29° 20′ W, 2016, Cracki Records, 45 min., pochette par ZEUGL

Vous aimerez aussi

Le Vasco x Polybius Studio – La Transe des Oiseaux Ici règne Aya Yosémite, poétesse, prophétesse, divinité gouvernante et grande maîtresse de l’univers transcendé de Le Vasco, et de cette tour de Babel encerclée par les eaux et par une trainée d’ois...
Top 20 des pochettes les plus marquantes de l’année 2016 Après vous avoir demandé d’élire, la semaine passée, vos propres pochettes de l’année, (c'est celle de La Femme, par Tanino Liberatore, qui est arrivée en tête), c’est à notre tour de vous dévoiler (e...
À travers le prisme d’Agar Agar Un jour, en trainant sur Soundcloud, un son retient l’attention. Ça arrive souvent, mais là, vraiment, on reste dans le coin. Et comme souvent sur le réseau social orangé (et pas en super forme financ...
Paradis x Andrea Montano – Recto Verso Avec Recto Verso, Pierre Rousseau et Simon Meny (qui forment ensemble l’excellent duo Paradis) se jettent donc à l’eau. Et comme Diane Sagnier plus tôt dans l’année, via le 1er album de son projet C...
Muzrs : « mettre en relation les artistes musiciens et les créatifs visuels » La musique, on le répète suffisamment comme ça, doit bénéficier en 2016 d'un packaging visuel suffisamment pertinent pour se donner la possibilité d'exister parmi la masse toujours plus grande qui est...
À travers le prisme de : ZEUGL Du 14 au 16 janvier, on expose les pochettes du label Entreprise à l’occasion de la 3e Nuit Néoprisme. À la galerie Arts Factory, au milieu des visuels illustrant les disques de Blind Digital Citizen,...

Comments

comments