Brian Lopez – Prelude


En deux semaines, enfermé dans une chambre de Tucson, USA, Brian Lopez (Xixa, Giant Sand ou Howe Gelb) a composé l’album Prelude, lo-fi, folk, minimal, et hyper spontané (deux prises pour enregistrer une piste, pas une de plus, à raison d’un morceau par jour). Désireux de prendre un peu de recul, et de se détacher, au moins le temps de ce disque-là, d’un processus d’écriture, de composition et d’enregistrement qui oblige à revenir et à repenser sans cesse ce qui vient d’être créé, l’Arizonien renouvelle son air au sein d’un album qui parle pas mal d’hier, car c’est souvent ce qui se passe, lorsqu’on laisse la plume se détendre.

Le visuel du disque, en toute logique, se devait d’être au moins aussi spontané que ces chansons simples, dépouillées et enregistrées telles qu’elles, par le biais d’un modeste microphone interne d’une interface audio Apogee One. Alors, Prelude est illustré par cette photo de l’auteur, « âgé » ici, si l’on peut dire, de trois ans. Brian Lopez, joint par mail :

« L’album a été écrit un peu de la même manière : à moitié endormi, les cheveux décoiffés »

« Quand j’étais petit, ma nounou nous gardait pendant que nos parents étaient au travail. Pendant de nombreuses années, elle a fait du bénévolat dans une école primaire de la rue, à la cafétéria. Même si nous étions encore trop jeunes pour aller à l’école, elle nous faisait parfois venir le ‘jour de la photo’, pour nous faire photographier. C’était pour nous un effort de se faire réveiller si tôt le matin. Elle nous jetait des vêtements sur le dos, peignait rapidement nos cheveux (ou pas…), nous conduisait à l’auditorium de l’école, et laissait ensuite le photographe filer. Le résultat final était souvent un portrait hilarant d’un enfant à moitié endormi qui n’a évidemment aucune idée de ce qui se passe autour de lui.

…et bien que l’enfant n’ait pas conscience de la scène, et n’ait aucun souvenir du jour en question, et encore moins de ce moment…une photo qui a été prise à ce moment pend toujours au-dessus de la place du manteau de ma mère..

Prelude a été écrit et enregistré un peu de la même manière : à moitié endormi, les cheveux décoiffés. Ça a été un effort pour moi de tout simplifier, et de voir si les chansons, à elles seules, pouvaient être plus perspicaces que lorsqu’elles étaient laissées nues et non altérées, plutôt que surproduites et exploitées. »

Le son

« L’idée derrière Prelude, dit Brian Lopez, était de ne pas trop réfléchir. Ne pas surproduire. Pour toujours aller de l’avant. J’ai enregistré ces chansons entre 18h et 4h du matin, avec le son du ventilateur au plafond et des klaxons des nombreux trains de marchandises qui passent à travers l’obscurité de la nuit. Plus tard, nous verrons ce à quoi ce disque est un prélude…»

Brian Lopez (Site officielFacebook / Twitter / YoutubeSoundcloud)

Brian Lopez, Prelude, 2018, Dust and Stone Recordings, artwork par Brian Lopez

Comments

comments