Editors x Rahi Rezvani ‎– Violence


Illustrer l’idée de Violence, en 2018 ? Vaste sujet, vaste ambition, et un million de possibilité pour le dire. Pour Editors, groupe de Birmingham, pas le plus subtile présent au vingt-et-unième siècle sur la scène rock anglaise – son post-rock curtisien d’antan se rapproche de plus en plus d’un rock de stade, tendance Coldplay ou U2 – on passe donc par un entremêlement de corps, vêtis de rien d’autre que de leur chair, maculées d’une saleté noire, confondues au point de ne faire quasiment qu’un. Deux hommes et une femme, a priori, soit trois corps au service d’une violence, primitive semble-t-il, qui confronte, ainsi, les Hommes (dans leur généralité cette fois) à leurs propres semblables. C’est à l’oeil photographique d’un Iranien désormais basé à Amsterdam – Rahi Rezvani, un proche du groupe qui a déjà réalisé quelques clips pour les Anglais, ainsi que la pochette de l’album In Dreams – que l’on doit ce cliché somptueux, qui dit la plus horrible des idées, par la plus belle des manières. À moins que certaines violences – celles qui libèrent les peuples, et les êtres assouvis par d’autres – ne portent en elles, aussi, une certaine forme de beauté nécessaire ?

Editors x Rahi Rezvani – In Dreams (2011)

Le son

Ce sont des Anglais de plus en plus ampoulés qui se présentent, ici, avec un sixième album désormais construit afin de parler – c’est un choix qui paraît assumé – au plus grand nombre, et à ceux qui se présenteront, aussi, bien loin là-bas, dans le fin fond des décors des festivals sur lesquels ils baladeront ce son que l’on peut désormais bel et bien nommer « rock de stade ». Car les Editors, avec ces mélodies tout-terrain qui se rapprochent désormais plus des Londoniens de Coldplay que des New-Yorkais d’Interpol, risquent de jouer forts, lorsqu’ils seront amenés à le faire. Advienne que pourra.

Editors (Site officiel / Facebook / Twitter / Instagram / Youtube)

Rahi Rezvani (Site officiel / Instagram)

Editors, Violence, 2018, [PIAS], artwork par Rahi Rezvani

Vous aimerez aussi

L’Or du Commun x Cécile Stevens – Sapiens Des mannequins uniformes, dénudés et sans poils, s’accumulent par dizaines dans une pièce qui paraît ne pas avoir de limite. Identiques lorsqu’on les zieute de loin, légèrement différents lorsque l’...
John Grant x Jonathan de Villiers x Scott King – Love Is Magic John Grant est un garçon particulier. Exubérant, lunatique, cynique et habité par de vieux démons (« souvent très gentil, aussi », ajoutent ceux qui ont eu l’occasion de le croiser), l’Américain a...
Boy Azooga x Ben Arfur – 1, 2, Kung Fu! En 2018, à l’heure où les réseaux sociaux monopolisent les regards et les attentions, où les cultures se conforment largement, où les curiosités se détériorent à mesure que les écrans se multiplient...
Olivier Mellano, Brendan Perry, Bagad Cesson x Benjamin Massé – No Land L’an dernier, à Toulouse (Rio Loco), à Lyon (Nuits Fourvière), et évidemment, à Rennes (les Tombées de la Nuit), le Bagdad Cesson-Sévigné, géant collectif de musique traditionnelle bretonne basé en ...
Nick Cave & The Bad Seeds x Hingston Studio – Skeleton Tree Avec Skeleton Tree, son 16e album studio, Nick Cave livre ses Contemplations à lui. Comme Victor Hugo au beau milieu du « long » XIXe siècle, l'Australien, toujours accompagné par ses Bad Seeds, exh...
Melanie De Biasio x Stephan Vanfleteren – Blackened Cities Les villes noircies que Melanie De Biasio mentionne dans le titre de son nouvel album (Blackened Cities, pièce musicale homogène de 25 minutes), font référence à Manchester, à Détroit, à Bilbao, à c...

Comments

comments